Irak: Bagdad enquête sur des exactions contre l'EI

Publié

IrakBagdad enquête sur des exactions contre l'EI

Le gouvernement irakien enquête sur de possibles exactions de ses soldats contre des djihadistes de l'EI prisonniers à Mossoul.

1 / 112
Les Emirats arabes unis ont proposé de prendre en charge la reconstruction de la mosquée Al-Nouri et de son minaret penché emblématique de Mossoul. (Dimanche 11 mars 2018)

Les Emirats arabes unis ont proposé de prendre en charge la reconstruction de la mosquée Al-Nouri et de son minaret penché emblématique de Mossoul. (Dimanche 11 mars 2018)

AFP
Mossoul fête ce jeudi 14 décembre la victoire sur l'EI. Des milliers de policiers, militaires et une centaine de véhicules blindés ont défilé pour la délivrance et le retour à la vie normale. (14 décembre 2017)

Mossoul fête ce jeudi 14 décembre la victoire sur l'EI. Des milliers de policiers, militaires et une centaine de véhicules blindés ont défilé pour la délivrance et le retour à la vie normale. (14 décembre 2017)

Keystone
Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi a annoncé samedi «la fin de la guerre contre l'EI» en Irak. Les forces gouvernementales se battent depuis trois ans pour éliminer le groupe djihadiste Etat islamique (EI) du pays. (Samedi 9 décembre 2017)

Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi a annoncé samedi «la fin de la guerre contre l'EI» en Irak. Les forces gouvernementales se battent depuis trois ans pour éliminer le groupe djihadiste Etat islamique (EI) du pays. (Samedi 9 décembre 2017)

AFP

L'Irak enquête sur de possibles exactions commises par ses forces de sécurité à l'encontre de djihadistes du groupe Etat islamique faits prisonniers à Mossoul, ont affirmé jeudi deux responsables militaires irakiens présents au Pentagone.

Sur une vidéo récemment mise en ligne, on voit deux hommes portant l'uniforme militaire irakien en train de battre un détenu barbu puis de le traîner jusqu'au rebord d'une falaise, d'où il est jeté. Ils lui tirent alors dessus, ainsi que sur un autre corps gisant en contrebas.

«Il y a peut-être eu une mauvaise conduite (...) de la part de certains militaires, oui. Mais l'enquête est en cours», a assuré Saad Maan, le porte-parole du ministère irakien de l'Intérieur, affirmant que plusieurs personnes ont déjà été suspendues.

Quiconque commettrait des exactions aura des comptes à rendre, a pour sa part averti Yahya Rasool, porte-parole du commandement des opérations conjointes irakiennes, tout en mettant en garde contre la possibilité d'une vidéo truquée pour détourner l'attention des récentes victoires militaires irakiennes sur l'EI à Mossoul.

Précaution

«N'oubliez pas qu'il y a ceux qui voudraient minimiser la joie et le réconfort que nous apportent cette victoire», a-t-il ajouté lors d'une réunion inhabituelle au ministère américain de la Défense.

«Peut-être que ces vidéos ont été montées et franchement nous allons examiner cette affaire avec beaucoup de précaution», a insisté le brigadier général dont les propos étaient traduits en anglais.

Fin mai, après la publication d'un reportage par l'hebdomadaire allemand Der Spiegel, Bagdad avait déjà annoncé l'ouverture d'une enquête sur des faits de torture, d'exécutions sommaires et de viols par des forces spéciales lors de la bataille pour reprendre Mossoul.

Le gouvernement irakien a proclamé sa victoire sur les djihadistes cette semaine dans la ville, qui fut un temps un bastion de l'EI, après quelque neuf mois d'une bataille acharnée. Plus tôt jeudi, l'ONG Human Rights Watch avait appelé le Premier ministre irakien Haider al-Abadi à lancer une enquête sur les faits présumés.

L'EI s'était emparé de Mossoul en juin 2014, profitant notamment de l'impopularité auprès de la communauté sunnite, largement majoritaire dans la deuxième ville d'Irak, des institutions de l'Etat, notamment l'armée, dominées par les chiites.

(AFP)

Ton opinion