Nouvelles technologies – Baidu, le Google chinois, se lance dans le métavers
Publié

Nouvelles technologiesBaidu, le Google chinois, se lance dans le métavers

Le géant d’internet en Chine a lancé lundi sa première appli permettant d’interagir, via des avatars en 3D, dans un monde parallèle virtuel.

Le patron de Baidu, Robin Li, a décidé de suivre l’exemple de Mark Zuckerberg et de monter à bord du train du métavers.

Le patron de Baidu, Robin Li, a décidé de suivre l’exemple de Mark Zuckerberg et de monter à bord du train du métavers.

AFP

Le géant chinois de l’internet Baidu a lancé lundi dans son pays l’une des premières applications de métavers, ce monde parallèle virtuel considéré comme le prochain grand saut dans l’évolution d’internet. Baptisée XiRang («Terre d’espoir»), l’appli n’est disponible qu’en Chine.

Le métavers (contraction de «méta-univers», «metaverse» en anglais), est une sorte de doublure numérique du monde physique, accessible via internet. Ce concept, qui n’en est qu’à ses balbutiements, doit permettre de se libérer des contraintes physiques en multipliant les interactions humaines via la 3D.

Les opportunités offertes par la création d’un «nouveau monde virtuel» aiguisent l’appétit des géants du numérique. Facebook, qui en fait son nouveau projet d’entreprise, est allé jusqu’à renommer sa maison mère Meta. Mais Baidu planchait sur ce projet bien avant que le terme métavers ne devienne populaire en octobre après la décision de Mark Zuckerberg de rebaptiser son groupe «Meta».

Visiter une expo ou un temple Shaolin en réalité virtuelle

Baidu, surnommé le Google chinois, a fait lundi ses premiers pas dans le métavers lors d’une conférence «métaverselle» en présence de son patron Robin Li, face à un public d’avatars. L’événement coïncidait avec le lancement par le groupe d’une application de métavers.

L’application XiRang permet de créer un personnage numérique (avatar) et d’interagir avec d’autres utilisateurs dans un monde en 3D. L’application est accessible sur téléphone portable, ordinateur ou casques de réalité virtuelle.

Sur XiRang, les utilisateurs sont libres de leurs mouvements au milieu de faux décors naturels ou d’une ville fictive. Comme dans la vie réelle, ils peuvent se rendre dans une exposition (virtuelle) ou une reproduction du temple de Shaolin – La Mecque du kung-fu – ou encore pratiquer le plongeon dans une piscine numérique.

Alibaba, Tencent et ByteDance dans les starting-blocks

À l’image de Baidu, les géants chinois du numérique n’entendent pas rester sur la touche du métavers. ByteDance (TikTok) a investi dans plusieurs entreprises du secteur, dont le fabricant de casques de réalité virtuelle Pico. Le mastodonte d’internet Tencent planche sur sa plateforme métavers, fort de son expérience dans les jeux vidéo dont il est un acteur majeur. Quant au champion chinois de l’e-commerce Alibaba, il a créé une filiale pour réfléchir aux différentes opportunités offertes par le métavers.

(AFP)

Votre opinion

3 commentaires