27.08.2015 à 10:32

Commerce de détailBaisse du bénéfice, mais hausse des ventes chez Valora

Le groupe bâlois a enregistré un bénéfice net ajusté de 8,7 millions de francs. Le chiffre d'affaires a progressé de 9,8% à 1,03 milliard de francs.

ARCHIVES, Keystone

Valora a vu sa rentabilité se détériorer, mais ses ventes progresser au premier semestre. Le groupe bâlois de commerce et de distribution a enregistré un bénéfice net des activités poursuivies de 8,7 millions de francs, en baisse de 32,8% sur un an.

Le résultat des activités non poursuivies a de son côté essuyé une perte de 34,9 millions de francs, indique jeudi le groupe bâlois dans un communiqué. Il a notamment été impacté par un amortissement de 33,1 millions de francs sur la division Trade (Commerce), que l'entreprise cherche à vendre. Au final, Valora a ainsi enregistré une perte nette de 26,3 millions.

Le chiffre d'affaires des activités poursuivies a gagné 4,2% à 990,3 millions de francs et a progressé de 9,8% à 1,03 milliard de manière ajustée. Le principal exploitant de kiosques en Suisse romande, Naville, acquis en février dernier, a contribué pour la première fois aux recettes, à hauteur de 96,1 millions.

Sur le plan opérationnel, le résultat avant intérêts et impôts (EBIT) des activités poursuivies s'est affaibli de 16% à 20,6 millions, notamment en raison d'effets uniques et de change. A un niveau ajusté, il a en revanche bondi de 46,6% à 28,4 millions.

Attentes dépassées

Ces résultats s'avèrent supérieurs aux prévisions du consensus awp. Les analystes tablaient sur un chiffre d'affaires ajusté de 1 milliard de francs, un EBIT des activités poursuivies de 18,9 millions et un bénéfice net des activités poursuivies de 5,3 millions.

Les investisseurs ont accueilli ces résultats avec enthousiasme à la Bourse suisse. Vers 10 heures, le titre Valora était orienté à la hausse, tout comme le marché SPI.

Synergies attendues

Le bénéfice global du groupe a été freiné par des investissements dans la maintenance des installations de production et par les coûts de l'expansion à l'international, note Valora. Différents facteurs ponctuels, comme l'introduction d'un salaire minimum et des grèves dans le secteur ferroviaire en Allemagne, ainsi qu'un moins bon climat de consommation en Suisse suite à l'appréciation du franc, ont également pesé.

D'un point de vue stratégique, le groupe bâlois souligne que l'intégration de Naville suit son cours. Les premiers effets de synergies sont attendus pour la première moitié de l'année 2016 et joueront un rôle important dans l'amélioration de la marge des activités de Retail (commerce de détail) en Suisse.

Dans les unités suisses et autrichiennes, les mesures prises pour améliorer l'efficacité et les positions de marché ont porté leurs fruits, se réjouit Valora. Le segment Allemagne/Luxembourg s'est comme attendu stabilisé sur une base ajustée.

Les revenus des boulangeries Brezelkönig et Ditsch ont quant à eux bénéficié de la forte augmentation des volumes de négoce ( 20% en monnaies locales).

Réduction de coûts

Au second semestre, un programme d'amélioration de l'efficacité et des structures va être lancé, note encore Valora. Celui-ci mènera à des réductions de coûts de 15 à 20 millions de francs dans les deux à trois prochaines années.

Par ailleurs, le groupe bâlois entend développer sa palette de produits financiers numériques. Parallèlement, les formats du segment Convenience (aliments de commodité) en Suisse et en Allemagne seront élargis.

Fin mars, Valora avait annoncé anticiper un EBIT des activités poursuivies de 45 à 50 millions de francs pour l'ensemble de l'année, sur la base d'un franc à parité avec l'euro. Cet objectif a été confirmé jeudi par le groupe bâlois.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!