Lausanne - Béjart: deux têtes sautent et l’école ferme
Publié

LausanneBéjart: deux têtes sautent et l’école ferme

Un audit, mené par un ancien juge cantonal, révèle de «graves manquements» dans la gestion de l’école de renommée internationale. Le directeur et la régisseuse sont congédiés.

par
Marion Emonot
Photo d’illustration.

Photo d’illustration.

REUTERS

«De graves manquements pratiques et comportementaux» ont été constatés, ainsi que des «manquements pédagogiques», explique Solange Peters, présidente du conseil de fondation du Béjart Ballet à Lausanne, au micro du 19:30 de la RTS ce vendredi. Si elle n’entre pas dans les détails sur le contenu, on sait désormais qu’un audit transmis en février et dont l’existence est rendue publique ce jour a mis en exergue des dysfonctionnements tels que le directeur et la régisseuse ont été congédiés.

Ancien président de la fondation, Jean-Pierre Pastori s’exprime à son tour, et évoque à demi-mots le népotisme du directeur de l’école: «il est très franc-tireur. Il est tellement franc-tireur qu’il a pris sa femme, régisseuse, comme chorégraphe et qu’il a fait appel à son fils parfois pour donner des cours. Donc il en a fait une affaire familiale un peu incontrôlable».

L’école fermera en septembre pour une durée indéterminée. L’ouverture n’aura pas lieu avant 2023, au mieux.

Votre opinion