France - «Bamboche» au ministère: une vidéo suscite l’indignation

Publié

France«Bamboche» au ministère: une vidéo suscite l’indignation

En plein scandale des dîners clandestins, les images d’une «fête» dans les locaux parisiens du ministère de l’Enseignement supérieur ont fait le tour des réseaux sociaux.

Le pavillon Boncourt, à Paris, qui héberge le ministère de l’Enseignement supérieur.

Le pavillon Boncourt, à Paris, qui héberge le ministère de l’Enseignement supérieur.

DR

Des fonctionnaires filmés à leur insu, qui se trémoussent dans une ambiance festive, a priori sans masque. Avec les restrictions sanitaires en vigueur et alors que le scandale des dîners clandestins fait rage, la scène passe très mal.

Selon «Ouest-France», les faits se sont déroulés au pavillon Boncourt, où siège le ministère de l’Enseignement supérieur, dans le Ve arrondissement de Paris. Diffusée lundi dernier, la séquence a suscité l’indignation de nombre d’internautes sur les réseaux sociaux.

«4 à 5 personnes»

Contacté par le journal français, le cabinet du ministère a confirmé l’authenticité des images et leur date de prise de vue, mais précise qu’il «ne s’agissait pas d’une fête»: «C’était un moment de convivialité entre collaborateurs du cabinet, un vendredi à 22 heures, dans une cuisine partagée», explique le cabinet, qui assure que seules «4 à 5 personnes» étaient présentes.

Selon «20 Minutes France», les images ont été prises par une femme depuis un bâtiment situé en face des locaux du ministère. C’est un ensuite l’un de ses amis qui l’a relayée sur Twitter, avec comme commentaire: «Petite bamboche organisée au ministère de l’enseignement. Vidéo filmée le 29 janvier 2021 aux alentours de 22 heures.»

L’internaute indique au quotidien français avoir transmis au préalable la séquence à plusieurs personnalités politiques d’opposition, mais en vain. Lundi, il s’est donc décidé à la diffuser sur Twitter. «Il y en a marre du «faites ce que je dis et pas ce que je fais» de ce gouvernement», explique-t-il.

«Société de délation»

Si la démarche a vivement fait réagir sur la Toile, elle a également fait grincer quelques dents du côté du ministère de l’Enseignement supérieur, qui y voit une «volonté de nuire au gouvernement»: «On bascule dans quelque chose de dangereux et nuisible, dans une société de délation avec des personnes qui filment aux fenêtres des collaborateurs de cabinet qui bossent 16 h/jour, 7 jours sur 7, observant la vie au quotidien d’un ministère et attendant le moindre faux pas», déplore le cabinet du ministère.

(J.Z)

Ton opinion