Publié

FootballBamert: «Je crois que l’on n’a pas encore vu le vrai FC Sion»

Le défenseur de Tourbillon ne s’explique toujours pas la déroute de Vaduz. Fessé 4-1, le club valaisan a l’occasion de laver l’affront ce mercredi à Lucerne.

par
Nicolas Jacquier
Jan Bamert (ici la saison dernière, dans un match contre le FC Thoune) ne s’explique toujours pas le non-match du FC Sion en terre liechtensteinoise.

Jan Bamert (ici la saison dernière, dans un match contre le FC Thoune) ne s’explique toujours pas le non-match du FC Sion en terre liechtensteinoise.

Keystone

Samedi dernier, le FC Sion a coulé à pic à Vaduz. Humiliés 4-1 dans la Principauté, les Valaisans sont attendus ce mercredi à Lucerne (18h15) dans un match à rattraper de la 6e journée. Face à la formation de Fabio Celestini, le club de Tourbillon se remettra-t-il dans le bon sens? C’est l’ambition de Jan Bamert (22 ans), un patron de la défense qui ne s’explique toujours pas la débandade de l’autre jour.

Jan, comment peut-on effectuer deux entames de mi-temps aussi catastrophiques?

Alors ça… Rien ne présageait de connaître ce que l’on a vécu samedi. La préparation avait été excellente, l’échauffement très bon. Mais ce n’est pas seulement nos débuts de mi-temps qui ont été très mauvais, cela a duré tout le match... On n’était clairement pas à notre niveau.

Une telle déroute, subie qui plus est face à un néo-promu, peut-elle s’expliquer? Un problème de concentration?

Non, même pas. A la pause, on s’en sortait pourtant bien avec ce score de 1-1. Puis, au retour des vestiaires, il y a eu ces 3 buts incroyables encaissés en moins d’un quart d’heure… Je ne sais pas depuis quand Sion n’avait pas perdu une rencontre par plus de 2 buts d’écart. Le plus frustrant, c’est que l’on n’a pas affiché de réaction d’orgueil, que l’on ne s’est pas créé la moindre occasion. Au lieu de nous réveiller, le 2e but nous a plombés. Moralement, il nous a enfoncé (...) Avec le recul, je me dis que l’on aurait peut-être dû jouer autrement.

Bamert à la lutte avec Cicek, auteur d’un doublé samedi.

Bamert à la lutte avec Cicek, auteur d’un doublé samedi.

Keystone

Peut-être souffre-t-on d’un manque de détermination à vouloir gagner à tout prix»

Jan Bamert, défenseur du FC Sion

Plus globalement, où se cache le «vrai» FC Sion si tant est qu’il existe? Comme trop souvent ces dernières saisons, on a le sentiment que le potentiel existe mais qu’il manque toujours quelque chose…

Ah, le vrai Sion… Je crois qu’on ne l’a pas encore vu depuis le début du championnat. On a connu de bonnes phases, mais jamais sur l’entier d’un match. On ne peut pas toujours s’en remettre aux exploits de Kevin (ndlr: Fickentscher, qui avait notamment multiplié les sauvetages lors de la victoire contre Servette).

Vous diriez que c’est une question de quoi?

Peut-être souffre-t-on d’un manque de détermination à vouloir gagner à tout prix. On insiste beaucoup sur la manière, mais quand on enchaîne les matches tous les trois jours comme actuellement, on devrait se montrer plus malin dans la zone décisive afin de provoquer la chance. Quand je vois ce que l’on réussit à l’entraînement et ce que l’on montre en match, il y a une déperdition, un grand décalage. La vérité, c’est que l’on doit augmenter notre niveau, notamment lors des phases avec ballon.

En tant que défenseur, le fait que Fabio Grosso soit lui-même un ancien arrière représente-t-il un avantage?

Quand on voit sa carrière et tout ce qu’il a gagné, on ne peut qu’être attentif aux conseils qu’il nous glisse. Mais pour être tout à fait franc, l’entraîneur travaille plutôt la phase offensive ces derniers temps. Pour ce qui est de la défense, c’est son adjoint (ndlr: Stefano Morrone) qui s’en occupe généralement.

«Un match comme celui de Vaduz ne doit pas se produire une seconde fois»

Jan Bamert, défenseur du FC Sion

Ce mercredi en début de soirée, Sion joue à la Swissporarena. Problème, vous affrontez une équipe lucernoise requinquée après sa victoire à Genève (3-1 contre Servette)

Vaduz joue mieux, Lucerne joue mieux… Focalisons-nous sur ce que l’on doit faire.

Cette fois-ci, il faudra faire attention au premier quart d’heure de chaque période

Pas seulement au premier quart d’heure! Un match comme celui de Vaduz ne doit pas se produire une seconde fois.

Un couac qui en rappelle d’autres

Sion n’avait plus vécu pareille correction depuis le 8 décembre dernier. Voici près d’une année, le visiteur valaisan, entraîné alors par le duo Christian Zermatten et Sébastien Bichard, s’était lourdement incliné 4-0 à Bâle. Une saison plus tôt, le FC Sion avait chuté à domicile sur le même score contre YB, une défaite qui avait coûté sa place à Murat Yakin.

Le 18 novembre 2017, la formation alors dirigée par l’Espagnol Gabri avait quitté le Parc Saint-Jacques avec cinq buts dans ses valises (5-1 contre Bâle).

Mais Sion, s’il a parfois concédé de lourds revers contre les ténors du championnat, n’avait encore jamais été pareillement humilié par un néo-promu…

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
26 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Barthy

03.12.2020 à 08:53

Si, on a bien vu le vrai FCC Talus d'Alpage d'Octomou, encore eu la preuve hier soir!

Hop Sion

02.12.2020 à 15:21

Très lucide Bamert!!! je pense que nous avons pas besoin d'être entraîneur et lire le matin pour le savoir. Est-il capable d'être meilleur???? je doute.

Xamaxois

02.12.2020 à 14:39

Hey les Sédunois, vous ne voulez pas récupérer un super-coach suisse, ancien international suisse, joueur de Hambourg et Liverpool ? C'est gratuit, nous vous l'offrons.