Thaïlande: Bangkok: Foule en prière devant l'hôpital du roi

Actualisé

ThaïlandeBangkok: Foule en prière devant l'hôpital du roi

La Thaïlande est inquiète du sort de son roi, Bhumibol, qui est dans un état grave depuis quelques jours.

1 / 55
L'urne de bois précieux dans lequel les corps des rois sont traditionnellement conservés jusqu'à leur crémation est transportée du palais vers le crématorium grandiose construit pour l'occasion. (Jeudi 26 octobre 2017)

L'urne de bois précieux dans lequel les corps des rois sont traditionnellement conservés jusqu'à leur crémation est transportée du palais vers le crématorium grandiose construit pour l'occasion. (Jeudi 26 octobre 2017)

AFP
Des militaires se prosternent au passage de l'urne royale. (Jeudi 26 octobre 2017)

Des militaires se prosternent au passage de l'urne royale. (Jeudi 26 octobre 2017)

AFP
La plupart des magasins devaient fermer jeudi après-midi, et le jour a été déclaré férié. (Jeudi 26 octobre 2017)

La plupart des magasins devaient fermer jeudi après-midi, et le jour a été déclaré férié. (Jeudi 26 octobre 2017)

AFP

Les Thaïlandais se sont réunis jeudi pour prier devant l'hôpital où est traité le roi de Thaïlande au statut semi-divin de «Père de la Nation», dont la mort ferait entrer la Thaïlande dans une ère de grande incertitude.

Vêtus de rose et de jaune, les couleurs de la monarchie, ils pénètrent dans l'enceinte et le jardin de l'établissement, déposent une guirlande de fleurs, allument des bâtonnets d'encens avant de s'agenouiller pour une prière bouddhiste.

Dans la foule de plus de 200 fidèles, certains ont apporté d'immenses cadres avec la photo du souverain qu'ils tiennent à bout de bras, gardant la tête baissée pendant qu'ils psalmodient des prières.

Certains viennent en famille. Parmi eux, Anon Lim, 58 ans, a fait le voyage exprès depuis le nord du pays.

Le plus vieux monarque en exercice

«Je voulais être au plus près du roi pour prier pour lui», explique-t-il à l'AFP. «Chez moi, il y a toujours eu une photo du roi. Il fait partie de ma vie», ajoute l'homme, qui précise être «plus attaché à la personne du roi qu'au système monarchique».

Plus vieux monarque en exercice avec 70 ans sur le trône, le roi Bhumibol Adulyadej a un statut de demi-dieu, héritage de décennies de culte de la personnalité.

Le palais avait publié mercredi soir un bulletin de santé inquiétant concernant le roi de 88 ans, renforçant les craintes après une journée de spéculations où la foule s'était déjà réunie pour prier devant l'hôpital.

Sous assistance respiratoire

Il est «sous assistance respiratoire» et «sous thérapie de remplacement rénal» et souffre d'une «nouvelle infection», selon ce bulletin diffusé à la télévision nationale.

Jeudi matin, le chef de la junte était au siège du gouvernement. Aucune confirmation n'a pu être obtenue jusqu'ici de sa rencontre avec le prince héritier Maha Vajiralongkorn.

«La Nation unie pour sa majesté le roi», titrait en une le journal anglophone The Bangkok Post.

La question de la succession royale est taboue en Thaïlande, en raison du statut quasi divin du roi Bhumibol et des incertitudes quant à la personnalité de son fils.

Nation divisée

Le palais a multiplié ces dernières semaines les bulletins de santé, le précédent, dimanche, ayant notamment affolé la Bourse de Bangkok.

La Bourse de Bangkok était en baisse jeudi dans la matinée, à -1,27%, comme c'est le cas depuis plusieurs jours.

Hospitalisé quasiment en continu depuis deux ans, le roi a aussi été soigné récemment pour une infection pulmonaire, des problèmes cardiaques et de l'hydrocéphalie.

Le monarque thaïlandais n'a pas de pouvoir politique mais est souvent considéré comme le seul ciment d'une nation très divisée politiquement, où le sujet de la succession est extrêmement sensible.

Ses portraits sont omniprésents à travers le pays et le culte de la personnalité a encore été renforcé depuis le coup d'Etat du 22 mai 2014, réalisé au nom de la défense de la monarchie.

La famille royale est protégée par une des lois les plus sévères au monde. En août 2015, un homme a été condamné à 30 ans de prison et une femme à 28 ans après avoir publié sur Facebook plusieurs messages jugés insultants pour la famille royale.

(AFP)

Ton opinion