Publié

ArtBanksy et ses pochoirs s'emparent de New York

Le célèbre graffeur Banksy s'empare pour tout le mois d'octobre des rues de New York, un spectacle unique qui fait courir les «hipsters» et amateurs de street-art.

1 / 6
Une nouvelle œuvre de Banksy  à New York. Trois œuvres au total ont apparues ces derniers jours. Malheureusement deux d'entre elles ont déjà été vandalisées par d'autres graffitis.

Une nouvelle œuvre de Banksy à New York. Trois œuvres au total ont apparues ces derniers jours. Malheureusement deux d'entre elles ont déjà été vandalisées par d'autres graffitis.

AFP
Une nouvelle œuvre de Banksy  à New York. Trois œuvres au total ont apparues ces derniers jours. Malheureusement deux d'entre elles ont déjà été vandalisées par d'autres graffitis.

Une nouvelle œuvre de Banksy à New York. Trois œuvres au total ont apparues ces derniers jours. Malheureusement deux d'entre elles ont déjà été vandalisées par d'autres graffitis.

AFP
Une nouvelle œuvre de Banksy  à New York. Trois œuvres au total ont apparues ces derniers jours. Malheureusement deux d'entre elles ont déjà été vandalisées par d'autres graffitis.

Une nouvelle œuvre de Banksy à New York. Trois œuvres au total ont apparues ces derniers jours. Malheureusement deux d'entre elles ont déjà été vandalisées par d'autres graffitis.

AFP

L'artiste anglais, dont nul ne connaît avec certitude la véritable identité, a promis de révéler une nouvelle oeuvre d'art chaque jour quelque part dans la ville.

Connus pour leur talent, leur humour et leur sens politique, ses pochoirs ont fait de lui une célébrité. Certains ont été récupérés de leurs murs et revendus aux enchères, parfois à des milliers de kilomètres de là, pour des centaines de milliers de dollars.

Mais le show new-yorkais, intitulé «Better Out Than In» (Mieux vaut dehors que dedans), est gratuit et ouvert à tous... à condition d'y arriver à temps.

Banksy peint ses pochoirs en secret et leur localisation est ensuite annoncée sur internet. Les fans se ruent sur place, parfois pour découvrir qu'ils ont déjà été recouverts, ou tagués par des artistes rivaux, à peine quelques heures après avoir été achevés, ce qui ne les empêche pas de faire le buzz sur la toile.

Sa première pièce représentait ainsi un enfant sur le dos d'un autre, qui essayait d'attraper la bombe de peinture figurant sur un vrai panneau affirmant que le graffiti est un crime. Il a été peu après recouvert de peinture blanche.

«C'est tellement intrigant, c'est comme une poursuite» dans les rues de New York, explique une actrice, Lisa Rowe-Beddoe, qui était jeudi allée voir les trois premières oeuvres du graffeur. Elle veut les voir toutes d'ici à la fin du mois.

Messages cryptiques

Le show new-yorkais a un compte Instagram, qui pour ses trois premiers jours d'existence avait déjà accumulé 30'000 abonnés. Le site banksy.com publie également les nouvelles oeuvres et @banksyny poste des messages cryptiques sur Twitter.

«C'est tellement brillant. Banksy est tellement original», s'émeut Lisa Rowe-Beddoe. «C'est interactif, c'est cool, et en plus il dit des choses cool».

Jeudi, sa pièce représentant un chien noir urinant sur une borne de pompier avec les mots «tu me complètes» a attiré de très nombreux fans, adolescents, artistes et professionnels, impatients de pouvoir la prendre en photo. Certains se faisaient photographier en train de caresser le chien du pochoir...

Les fans peuvent aussi avoir accès, via un numéro gratuit écrit sur le sol, à un commentaire audio, également disponible sur le site de l'artiste.

(ats)

Ton opinion