Musique: «Barbara est dans mon coeur depuis toujours»
Publié

Musique«Barbara est dans mon coeur depuis toujours»

Patrick Bruel, qui a sorti «Très souvent je pense à vous» en fin d’année, s’apprête à le présenter sur scène à Lausanne. Entrevue.

par
Caroline Piccinin
Depuis toujours Patrick Bruel vit Barbara et a tenu à rendre hommage à celle qu’ il avait pu rencontrer en 1990 au Théâtre Mogador.

Depuis toujours Patrick Bruel vit Barbara et a tenu à rendre hommage à celle qu’ il avait pu rencontrer en 1990 au Théâtre Mogador.

Le Matin/DR

Depuis toujours Patrick Bruel vit Barbara et a tenu à rendre hommage à celle qu’ il avait pu rencontrer en 1990 au Théâtre Mogador. «Un moment magnifique» pour le chanteur qui, trois jours plus tard, y retournait avec sa maman pour la lui faire rencontrer. En vue de ses concerts à Lausanne, il nous a accordé un entretien dans les coulisses de la RTS quelques minutes avant l’enregistrement des «Coups de cœur d’Alain Morisod».

Vous avez découvert Barbara enfant. Racontez-nous.

Je me souviens du tourne-disque qui jouait Barbara. Je remettais les chansons que j’aime, sans arrêt. J’ai grandi dans un milieu favorable à ce genre de découvertes.

Elle vous a touché, plus que les autres…

J’ai été touché très vite par ses mots, mais il y a aussi eu Brel, Brassens, les Stones. L’art est synonyme pour moi d’identification. Ou je m’y retrouve ou je reste extérieur. Certaines chansons de Barbara ont été des compagnons de vie. Elle a ce petit supplément d’âme. Je crois qu’elle trouvait pour moi les mots qu’adolescent je n’arrivais pas à sortir.

Comment avez-vous choisi les titres sur votre album?

Ça s’est fait comme ça, même s’il y a les incontournables. Je voulais aussi choisir dans les moins connues qui sont sublimes, comme «Madame» ou «Du bout des lèvres».

Et quelle est votre préférée?

«Madame» est celle qui a tout déclenché, mais c’est impossible d’en choisir une. En ce moment, j’adore chanter «Ma plus belle histoire d’amour».

Votre version de «Perlimpinpin» sonne très actuelle. De l’electro sur un album Barbara, vraiment?

Oui! Mais jusqu’à maintenant on ne l’a pas faite sur scène parce que l’on jouait acoustique et que l’on veut garder ce côté pop-electro. Mais on va la faire comme elle est sur l’album. Cette version m’est venue en pleine nuit. Mon frère avait commencé un arrangement et je trouvais que ça faisait trop entre-deux. Soit on y allait à fond, soit on ne la faisait pas. Il fallait que j’assume ce titre pop-electro, et j’aime beaucoup cette musique. Je sors beaucoup, ça me parle. Et je vais presque tous les ans au Electric Daisy Carnival à Las Vegas (EDC).

Ça va surprendre vos fans! D’ailleurs, quels sont leurs retours sur ce disque?

Je crois que ça a touché. C’est très vaste. On a fait un petit concours sur Facebook et on a été hypersurpris de tout ce qu’on a reçu. Les gens ont fait des choses magnifiques. On leur demandait de nous raconter leur plus belle histoire d’amour. J’ai été bouleversé. Ça montre qu’ils ont besoin d’un vecteur pour leurs émotions et Barbara est idéale pour le réaliser.

Réinterpréter le répertoire de Barbara, c’est pour vous une déclaration d’amour éternelle?

Elle est dans mon cœur depuis toujours, mais ce n’est pas uniquement ça. C’est aussi une manière de lui dire: «Moi aussi je vous remercie de vous. Moi aussi très souvent je pense à vous». Parce que c’est elle qui m’avait envoyé ça un jour par fax. Et ce «très souvent je pense à vous» est partagé par tous les fans de Barbara.

Et vous. En ce moment, très souvent, vous pensez à qui?

Je pense à Guy Carcassonne. Il était mon meilleur ami, mon socle, mon confident. Il était adoré de tout le monde et il est parti très subitement en 2013. S’il y a quelqu’un à qui je pense tous les jours à part mes enfants, c’est à lui.

Patrick Bruel, «Madame»

Votre opinion