Chocolat: Barry Callebaut bien lancé après neuf mois

Publié

ChocolatBarry Callebaut bien lancé après neuf mois

Le chocolatier industriel a dépassé les prévisions des analystes et il a confirmé ses objectifs à moyen terme.

Barry Callebaut a écoulé un total de 1,41 million de tonnes de produits.

Barry Callebaut a écoulé un total de 1,41 million de tonnes de produits.

Keystone

Barry Callebaut a vu son chiffre d'affaires croître de 3,7% sur les neuf premiers mois de son exercice décalé 2016/2017 clos le 31 mai, à 5,19 milliards de francs ( 2,9% en monnaies locales). Le volume des ventes du chocolatier industriel zurichois a, lui, grimpé de 2,8%.

Une croissance du volume qualifiée de «solide» a été enregistrée dans toutes les régions, avec une accélération au troisième trimestre ( 5,5%), indique jeudi Barry Callebaut dans un communiqué. Sur neuf mois, le groupe a écoulé un total de 1,41 million de tonnes de produits.

Cette bonne dynamique a été soutenue par l'activité Gourmet & Spécialités ( 11,6%), l'externalisation ( 9,7%) et les marchés émergents ( 3,3%).

Le premier producteur mondial de produits à base de chocolat et de cacao se félicite d'avoir pu générer cette croissance dans un marché mondial des confiseries chocolatées en recul de 0,6% sur les 9 derniers mois. Celui-ci a toutefois rebondi récemment, avec une croissance de 2,3% au cours des trois derniers mois de la période sous revue.

Contrats moins rentables abandonnés

L'abandon volontaire des contrats les moins rentables liés au cacao, désormais terminé, a pesé sur le développement global du volume pour les neuf premiers mois. Ces contrats représentaient globalement de 50'000 à 60'000 tonnes.

Le volume des ventes de la division Global Cocoa, soit les affaires liées au cacao, a néanmoins retrouvé au troisième trimestre un niveau identique à celui de l?année précédente, note le communiqué. Elles ont progressé de 3,3% à 321'887 tonnes sur neuf mois, pour un chiffre d'affaires de 1,48 milliard de francs (-2,1%).

Forte progression en Asie-Pacifique

Par région, le secteur Europe/Moyen-Orient/Afrique (EMEA) a enregistré un chiffre d'affaires en hausse de 5,8%, à 2,17 milliards de francs. Les ventes ont progressé de 5,3%, à 643'092 tonnes. Le nouveau contrat conclu avec Mondelez en Belgique et le volume supplémentaire résultant de l'acquisition du fabricant allemand de poudre FrieslandCampina en mars 2016 ont eu une influence positive.

Sur le continent américain, les ventes ont progressé de 5,4% à 1,27 milliard de francs. Le volume des ventes s'est accéléré au troisième trimestre, permettant une progression de 1,8% à 380'362 tonnes sur neuf mois en glissement annuel. Le marché nord-américain demeure néanmoins difficile.

Petit débouché en comparaison, la région Asie-Pacifique a affiché la plus forte progression des recettes ( 14,7%), à 267,1 millions de francs. Le volume des ventes a bondi de près d'un cinquième ( 17,2%), pour s'établir à 69'313 tonnes. La production industrielle, notamment l'accord conclu sur le long terme avec Garuda Food, a dopé l'activité.

Attentes des analystes dépassées

Revenant sur la progression globale du chiffre d'affaires, Barry Callebaut note qu'elle reflète la croissance en volume et une gamme de produits plus favorable, cependant contrebalancée par une baisse des prix des fèves de cacao.

Ceux-ci ont reculé d'environ 30% entre le 1er septembre 2016 et le 31 mai, soit une baisse de 16,5% par rapport à la même période de l'exercice précédent. A l'inverse, ceux de la matière grasse laitière et du lait en poudre ont pris l'ascenseur.

Fort de ces résultats, Barry Callebaut a dépassé les prévisions des analystes consultés par l'agence financière awp. Ces derniers plafonnaient leurs projections de recettes à 5,18 milliards de francs, et un volume des ventes en hausse de 2,4%.

Objectifs à moyen terme maintenus

«Notre portefeuille continue de bien se porter et nous tablons sur la poursuite de la bonne dynamique», souligne Antoine de Saint-Affrique, le directeur général du groupe, cité dans le communiqué.

Ces attentes permettent de confirmer les objectifs à moyen terme, soit pour la période 2015/2016 à 2017/2018. Une croissance du volume de 4 à 6% est attendue, de même qu'un résultat d'exploitation (EBIT) supérieur à la croissance du volume en monnaies locales et hors imprévus, précise M. de Saint-Affrique.

(ats)

Ton opinion