Football: Battu à la 91e, Lyon laisse la première place à Paris et à Lille
Publié

FootballBattu à la 91e, Lyon laisse la première place à Paris et à Lille

Les Lyonnais ont perdu des points dans la course au titre en s’inclinant contre Metz. Lille s’accroche en tête.

Le Messin Aaron Leya Iseka a marqué le but de la victoire contre Lyon à la 91e minute.

Le Messin Aaron Leya Iseka a marqué le but de la victoire contre Lyon à la 91e minute.

AFP

Lyon s’est fait surprendre dimanche 1-0 à domicile par Metz sur un but encaissé dans le temps additionnel, abandonnant la première place de la Ligue 1 au Paris SG et Lille qui devancent l’OL de deux points.

L’attaquant Karl Toko Ekambi a cru donner l’avantage aux Lyonnais à la 74e minute mais son but a été annulé après recours à la vidéo pour un hors-jeu d’un coéquipier.

Sur un contre (91e), Aaron Leya Iseka a infligé aux demi-finalistes de la dernière Ligue des champions leur deuxième défaite de la saison en championnat.

Lille aussi à la 91e

Lille a recollé au leader PSG en renversant Reims (2-1) in extremis. Mené à la pause, le LOSC a frustré son adversaire avec un but à l’arraché de Jonathan David (91e) dans le temps additionnel. «On s’est battu jusqu’au bout», a savouré le buteur de Lille, désormais à égalité de points avec Paris et deux unités devant Lyon.

Dans la course aux places européennes, l’OM est le grand perdant du week-end après sa défaite samedi contre Nîmes. Les Phocéens, sixièmes, auront néanmoins l’occasion de soigner leur bilan mercredi pour le premier de leurs deux matches en retard, contre Lens qui a neutralisé Nantes 1-1 dimanche.

Encore un nul pour Domenech

Les Canaris ont longtemps pensé offrir à Raymond Domenech une première victoire depuis son arrivée fin décembre. Mais ils ont dû se contenter d’un troisième match nul d’affilée après l’égalisation tardive de Gaël Kakuta.

«C’est frustrant, pas agaçant», a tempéré l’ancien sélectionneur des Bleus, refusant d’agiter «le drapeau de la peur» alors que des ultras s’étaient de nouveau rassemblés avant le match pour conspuer le président Waldemar Kita.

Le verre à moitié plein? Nantes, invaincu en 2021, ne perd plus. À moitié vide? Nantes qui a «perdu deux points», selon le défenseur Nicolas Pallois, ne gagne plus depuis onze matches. Au classement, le FCN est à portée de fusil du barragiste nîmois et un point derrière Saint-Étienne (16e).

Drôle de dimanche pour les Verts

À la Meinau, les Verts ont vécu un drôle de dimanche, sans leur entraîneur Claude Puel, son staff et une dizaine de joueurs habituels, tous touchés par le Covid-19 et contraints de rester à la maison.

Le responsable technique du centre de formation Laurent Huard, «très fier» mais «vraiment déçu» par le résultat, a dirigé une équipe complétée par des réservistes et des jeunes, avec sept titulaires sur onze formés au club, et aucun gardien en cas de blessure du titulaire Jessy Moulin!

Saint-Étienne a failli surprendre Strasbourg d’entrée avec un penalty obtenu par le jeune Aïmen Moueffek, 19 ans, mais l’expérimenté Ryad Boudebouz l’a manqué (10e). Ludovic Ajorque n’a pas laissé passer sa chance (29e) et permis aux Alsaciens d’empocher une troisième victoire d’affilée, avec une 13e place pour récompense.

Strasbourg n’est plus qu’à trois points de Brest (11e) qui, malgré un départ canon à domicile, s’est incliné dans le duel 100% breton contre Rennes.

Bordeaux coule Nice

«On connaît la valeur de ces trois points ici, où beaucoup d’équipes se sont cassé les dents», a savouré l’entraîneur Julien Stéphan en pointant «un 7e match sans défaite et une première victoire en 2021».

Malgré l’ouverture du score précoce de Brest, après quatre minutes, Rennes a rétabli le tir dans la foulée par Benjamin Bourigeaud (7e) avant de faire la différence sur un penalty transformé en seconde période par Clément Grenier, l’homme en forme du moment.

Dans l’autre rencontre de l’après-midi, Bordeaux a oublié l’absence de son No 10 Hatem Ben Arfa, forfait, pour couler 3-0 une équipe de Nice en pleine crise, après un cinquième match sans victoire depuis mi-décembre.

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé