Banque: BCV: bénéfice net semestriel en recul de 13%

Publié

BanqueBCV: bénéfice net semestriel en recul de 13%

L'établissement s'attend pour l'année en cours à des résultats «s'inscrivant dans la continuité du premier semestre».

Le résultat semestriels de la BCV s'est inscrit à 157 millions de francs.

Le résultat semestriels de la BCV s'est inscrit à 157 millions de francs.

Keystone

La Banque cantonale vaudoise (BCV) a réalisé un bénéfice net de 157 millions de francs au premier semestre 2016, en recul de 13% lié à la vente de la participation dans Swisscanto. Le résultat opérationnel est quasiment stable.

Pascal Kiener, le directeur général, s'est félicité jeudi de ces bons résultats, compte tenu du contexte difficile. Il a rappelé que 2015 était une année «exceptionnelle» et que le bénéfice net au premier semestre 2016 était supérieur à ceux de 2013 et 2014.

Le résultat opérationnel reste globalement stable (-2%) à un niveau élevé: il s'établit à 198 millions de francs, grâce à une bonne maîtrise des charges et à un faible besoin en provisions.

Les revenus reculent de 6% à 494 millions de francs. Les recettes nettes tirées des opérations d'intérêts perdent 5%, en raison des taux négatifs. Dans un marché boursier morose, les opérations de commissions baissent de 8%, et celles de négoce se normalisent (-14%) par rapport à 2015, année de l'abandon du taux plancher.

Taux négatifs

La BCV va-t-elle répercuter sur ses clients privés les taux d'intérêts négatifs ? «Je ne le crois pas et ne l'espère pas, mais nous ne sommes pas les seuls à bord», a expliqué Pascal Kiener.

Pour l'heure, la BCV répercute partiellement ces taux négatifs sur ses gros clients, entreprises et institutionnels. «Nous le faisons de manière individuelle et en fonction de la relation globale avec la banque», a précisé M. Kiener. Ce contexte de taux bas «coûte cher aux banques», entre 25 et 40 millions de manque à gagner pour la BCV.

Prudence hypothécaire

Depuis 2011, pour éviter une bulle immobilière sur l'arc lémanique, la BCV a volontairement ralenti sa politique de crédits hypothécaires. Au premier semestre, ils progressent de 1%. Auprès des PME, les dépôts augmentent plus que les crédits, ce qui laisse imaginer que «le tissu économique vaudois se porte relativement bien», a observé le CEO Pascal Kiener.

En gestion de fortune, la régularisation fiscale des fonds offshore arrive bientôt à son terme. «Cela aura fait sortir entre 2 et 3 milliards à la fin de notre programme», a calculé Thomas Paulsen, le directeur des finances. L'apport d'argent frais du marché domestique compense ces retraits de fonds. Globalement, au premier semestre, les avoirs sous gestion reculent de 1% à 87,4 milliards de francs.

Confortables fonds propres

Le total du bilan s'établit à 44,7 milliards de francs, en progression de 3%. Le niveau de fonds propres, situé à 3,3 milliards, demeure très confortable avec un ratio de 16,9%, qui témoigne de la solidité de la banque, explique le groupe.

La BCV s'attend à des résultats annuels «s'inscrivant dans la continuité du premier semestre». Pascal Kiener table sur une croissance économique modérée. Le résultat opérationnel et le bénéfice net seront plus bas qu'en 2015, mais toujours à un très bon niveau. «Pas d'euphorie, mais une confiance dans l'avenir de l'économie suisse et de la banque», a conclu le CEO.

(ats)

Ton opinion