Publié

Ski alpinBeat Feuz sauve la Suisse d'un naufrage

Remarquable 2e du super-combiné derrière Ivica Kostelic, le Bernois de 24 ans a signé son 5e podium de la saison.

par
Laurent Guyot

Sa 2e place dans le super-combiné, Beat Feuz l'a savouré, hier après-midi comme une victoire. Brillant vainqueur de la descente devant un certain Bode Miller, le Bernois est parvenu à confirmer sa performance devant 20'000 personnes enthousiastes.

Seul Ivica Kostelic, toujours sur son nuage en slalom, a réussi à gommer ses trois secondes de retard pour inscrire son nom pour la 5e fois comme vainqueur d'une épreuve (3 slaloms et 2 super-combinés). Bode Miller, arrivé au bout de sa manche de slalom, a complété un podium de belle facture même si le spectacle présenté ne s'est pas avéré une publicité pour le ski alpin. Même le vainqueur a reconnu le peu de crédibilité d'une épreuve maintenue en vie artificiellement jusqu'au Jeux Olympiques. «Je vous le concède le super-combiné dans sa formule actuelle ne passionne personne. Mais il faut absolument garder un combiné dans notre sport. N'oubliez pas que les médailles olympiques marquent la carrière d'un sportif. Je ne doute pas que nous trouverons la solution.»

A la veille d'une descente attendue par toute une nation, Beat Feuz a trouvé les moyens de chauffer encore un peu plus les supporters d'un ski suisse toujours aussi faible dans les disciplines techniques. A 24 ans, le citoyen de Schangnau s'est vengé de la médaille perdue à trois portes de l'arrivée de l'épreuve des Mondiaux de Garmisch en 2011. «Je me suis quand même posé la question de savoir si j'allais participer au slalom après la descente. J'étais partagé car je n'avais pas envie de perdre trop de forces pour l'épreuve-reine. Sans une petite faute dans le final, j'avais même la victoire au bout de mes spatules.»

La 2e place du Bernois ne suffit pas à masquer l'absence de coéquipiers capables de se mêler à la bataille pour les podiums. Silvan Zurbriggen balbutie son ski. Et Marc Berthod ne finit plus une manche de slalom. Les dirigeants du ski alpin masculin helvétique ont de quoi se faire des cheveux gris en ce qui concerne la relève dans les disciplines techniques.

Les résultats

Ton opinion