MALADIE: Beat Richner: le Cambodge avait disparu de sa mémoire!
Actualisé

MALADIEBeat Richner: le Cambodge avait disparu de sa mémoire!

Le pédiatre zurichois décédé dimanche avait réussi à soigner gratuitement plus 90% des enfants du royaume khmer. Mais il ne s'en souvenait plus.

par
Victor Fingal
Beat Richner le premier janvier 2006 devant le temple d'Angkor Vat.

Beat Richner le premier janvier 2006 devant le temple d'Angkor Vat.

Yvain Genevay

Rapatrié d'urgence du Cambodge en février 2017, Beat Richner avait débarqué à Kloten dans un état préoccupant. «Avant son retour en Suisse, il n'était plus apparu depuis longtemps dans l'un de ses hôpitaux de Siem Reap, la ville où il séjournait habituellement, a confié un de ses proches. Mais cela n'a d'abord inquiété personne, ses établissements pédiatriques et sa maternité sont si bien organisés que sa présence n'était plus nécessaire.»

Officiellement, le médecin appelé aussi Beatocello, un surnom qui lui vient du violoncelle dont il jouait au cours de ses quêtes, rentrait à Zurich, comme chaque année pour fêter son anniversaire, le 13 mars. Mais bien vite son état alarmant va obliger sa famille à le placer dans un home spécialisé de Zumikon(ZH). Ses seules activités se résumaient alors à ses éternels cigarillos qu'il fumait avec délectation, la musique, essentiellement Jean-Sébastien Bach, qu'il affectionnait tout particulièrement, et des contacts avec des membres de sa famille ou des proches qu'il reconnaissait encore. Mais à l'un d'eux qui lui annonçait son intention de s'envoler pour le royaume khmer afin de visiter ses hôpitaux, il répliqua: «Mais qu'est-ce que tu vas donc faire au Cambodge?» Le pédiatre qui avait construit cinq hôpitaux et réussit à soigner gratuitement – suivi médical et médicaments compris – plus de 90% des enfants du royaume khmer avait effacé son oeuvre de sa mémoire.

Vénéré comme un dieu

Au fil du temps, loin de s'améliorer son état empire. «Il avait beaucoup maigri, a confié un autre de ses proches, nous avons d'abord cru qu'il était victime d'un cancer.» Souffrant d'une maladie dégénérative progressive, le pédiatre légendaire s'est éteint dimanche après avoir pris congé des siens. Une cérémonie funéraire est prévue prochainement dans le cadre strictement familial. Une autre publique sera célébrée au GrossMünster de Zurich. Quant à ses cendres, elles prendront le chemin du Cambodge, où celui qui est aussi surnommé «Docteur God» est déjà vénéré comme un saint.

Votre opinion