Publié

FacebookBeaucoup d'internautes sont inconscients des risques

Selon une étude d'un magazine américain de consommateurs, un grand nombre d'utilisateurs du réseau social Facebook ne protègent pas assez leurs informations.

ARCHIVES, Keystone

Beaucoup d'utilisateurs du site Internet Facebook ne protègent pas assez leurs informations publiées sur ce site, selon une étude du magazine de consommateurs américain Consumer Reports.

Ils sont ainsi près de 13 millions aux Etats-Unis à ne pas utiliser ou connaître les réglages de confidentialité du site.

Ainsi, environ 4,8 millions de ces internautes ont déjà eu l'occasion d'annoncer qu'ils allaient voyager à telle ou telle date, une information qui peut être utile pour des cambrioleurs.

Seulement 37% des utilisateurs de Facebook ont indiqué utiliser les outils de réglage du niveau de la confidentialité de leurs informations, selon cette enquête réalisée auprès de 2000 personnes aux Etats-Unis entre le 16 et le 31 janvier.

Tendances inquiétantes

«Notre enquête a révélé des tendances, certaines fascinantes, certaines inquiétantes, mais qui valent toujours la peine d'être connues pour des consommateurs qui veulent mieux contrôler leurs données», a fait valoir un responsable de Consumer Reports.

Le magazine a salué les efforts de Facebook pour prendre le sujet «au sérieux», et a suggéré des protections supplémentaires, comme l'obligation de choisir des mots de passe complexes, ou un moyen d'empêcher la communication par inadvertance d'informations privées.

Facebook, qui revendique 169 millions d'utilisateurs actifs par mois aux Etats-Unis, a réagi en rappelant qu'il cherchait à «éduquer et responsabiliser les consommateurs».

«Plus de 900 millions de consommateurs (ndlr: dans le monde) ont décidé volontairement de communiquer et entrer en relations sur Facebook parce que nous leur fournissons des options et des outils qui leur permettent de contrôler leurs informations et leurs expériences», a indiqué le site dans un communiqué.

Cette enquête est publiée alors que Facebook pourrait se lancer en Bourse dans deux semaines, dans ce qui serait la plus grosse introduction boursière d'un groupe Internet de tous les temps.

(ats)

Votre opinion