30.08.2017 à 07:19

BerneBelprahon et Sorvilier rejoindront-ils le Jura?

Les deux villages se prononceront le 17 septembre quant à leur rattachement au canton du Jura.

1 / 85
Le conseiller d'Etat bernois Pierre Alain Schnegg (au milieu) et le président de la délégation du Conseil municipal de Moutier Valentin Zuber (à gauche) ont souligné mercredi que leur objectif commun était de résoudre le plus rapidement possible la question de Moutier lors d'un vote qui serait irréprochable. (Mercredi 29 janvier 2020)

Le conseiller d'Etat bernois Pierre Alain Schnegg (au milieu) et le président de la délégation du Conseil municipal de Moutier Valentin Zuber (à gauche) ont souligné mercredi que leur objectif commun était de résoudre le plus rapidement possible la question de Moutier lors d'un vote qui serait irréprochable. (Mercredi 29 janvier 2020)

Keystone
Le Conseil municipal de Moutier a accepté la demande de Berne de lui donner accès à son registre électoral. (Mercredi 4 décembre 2019, photo d'illustration)

Le Conseil municipal de Moutier a accepté la demande de Berne de lui donner accès à son registre électoral. (Mercredi 4 décembre 2019, photo d'illustration)

Keystone
Le Ministère public a ouvert seize instructions pour soupçons de fraude électorale suite à la votation sur l'appartenance cantonale de Moutier du 18 juin 2017, selon un communiqué de la justice bernoise. (Mercredi 20 novembre 2019)

Le Ministère public a ouvert seize instructions pour soupçons de fraude électorale suite à la votation sur l'appartenance cantonale de Moutier du 18 juin 2017, selon un communiqué de la justice bernoise. (Mercredi 20 novembre 2019)

Keystone

Trois mois après Moutier (BE), les villages de Belprahon (BE) et de Sorvilier (BE) diront le 17 septembre s'ils veulent aussi rejoindre le canton du Jura. A moins de trois semaines du scrutin, on est bien loin de l'agitation qui avait précédé la votation de la cité prévôtoise.

Le transfert de Moutier dans le canton du Jura n'a pas encore mis un terme à la Question jurassienne. Les regards se portent désormais sur Sorvilier et Belprahon, deux villages de quelque 300 habitants chacun qui ont demandé à organiser un vote sur leur appartenance cantonale.

Ici ni tension ni division comme ce fut le cas durant la campagne à Moutier. Les mouvements de lutte présents lors du vote de la cité prévôtoise comme Force démocratique, le Mouvement autonomiste jurassien ou le groupe Bélier sont en retrait, voire totalement absents du débat.

Climat courtois

Illustration de cet état d'esprit, la rencontre de la population de ces deux communes avec les autorités bernoises et jurassiennes, à la mi-août, s'est déroulée dans un climat empreint de courtoisie. Pas d'affiche non plus qui rappelle que les citoyens se prononcent sur leur avenir.

A Belprahon, un comité regroupant des militants autonomistes s'est présenté à la presse et a envoyé des tout-ménage. Plus discrets, les opposants au transfert dans le Jura ont distribué un dépliant. Pour les deux camps, il importe de ne pas porter atteinte à la cohésion du village.

Eviter des irrégularités

Comme pour le scrutin de Moutier, le gouvernement bernois a mis en place des mesures pour garantir des votations «irréprochables». Son dispositif est sans surprise moins conséquent que celui établi pour le vote de la cité prévôtoise qui revêtait un tout autre enjeu avec son aspect historique et ses 7700 habitants.

Pour éviter d'éventuelles irrégularités, les deux communes devaient faire parvenir à la chancellerie cantonale les listes nominatives et numérotées des électeurs, 243 à Belprahon et 223 à Sorvilier à fin mai. Cette procédure permet d'éviter un tourisme électoral.

Cinq observateurs de la Confédération seront envoyés dans les deux communes pour surveiller le dépouillement. Contrairement au vote de Moutier le 18 juin, les enveloppes du vote par correspondance ne seront pas envoyées à l'Office fédéral de la justice. Cette mesure a été jugée disproportionnée en regard du nombre d'électeurs.

Engagements bernois et jurassiens

Dans son message, le Conseil-exécutif bernois appelle les citoyens à choisir la stabilité, en votant «non» à un rattachement au canton du Jura. Il estime que ces communes ont tout à gagner à rester dans le canton de Berne, leur promettant un futur serein et prospère.

Pour le Gouvernement jurassien, il s'agit comme dans le cas de Moutier d'un choix du coeur pour une partie des électeurs, mais aussi d'un choix de la raison. Si le vote a une composante identitaire, les relations avec Moutier constituent un enjeu majeur. Les citoyens diront s'ils veulent conserver ce lien étroit avec ce centre régional, estime Delémont.

L'exécutif jurassien rappelle dans son message qu'en cas de «oui», les démarches administratives découlant du transfert seront gratuites, comme l'échange des plaques d'immatriculation. Sur le plan politique, Belprahon, Sorvilier et Moutier formeraient un cercle électoral durant une période transitoire.

Enclave jurassienne

Si elle devait choisir de rejoindre le Jura, la commune de Sorvilier formerait une enclave jurassienne en terres bernoises. Une telle perspective pourrait peser dans le choix des citoyens, même si le Gouvernement jurassien n'y voit aucun problème sur le plan administratif et politique.

Delémont relève que les enclaves constituent une réalité en Suisse et qu'elles fonctionnent à satisfaction. Pour rassurer les citoyens de Sorvilier, le canton du Jura souligne que les communes de la Broye sont partagées entre les cantons de Vaud et de Fribourg.

Une fois que Sorvilier et de Belprahon auront choisi leur appartenance cantonale, les gouvernements jurassien et bernois élaboreront un concordat intercantonal réglant les modalités du transfert qui sera soumis à la population des deux cantons. Le changement territorial devrait être effectif début 2021.

Flou juridique

Ce scrutin du 17 septembre est encore entouré d'un certain flou juridique. Au moment où ils se prononceront, les citoyens pourraient bien ne pas encore savoir si le vote de Moutier est définitivement validé. La préfecture du Jura bernois doit en effet statuer sur 12 recours.

A Belprahon, le vote du 24 novembre 2013 sur le principe de création d'un canton regroupant Jura et Jura bernois avait débouché sur une égalité de voix. Les autorités communales avaient annoncé qu'elles n'organiseraient un vote que si Moutier rejoignait le Jura.

A Sorvilier, le «non» l'avait emporté le 24 novembre 2013 par 54,1% des votants. Mais le Conseil communal à majorité autonomiste avait adressé à la chancellerie cantonale bernoise une demande de vote communaliste, indépendamment du résultat du vote de Moutier.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!