19.12.2012 à 22:20

Etats-UnisBen Affleck plaide la cause de la RDCongo devant le Congrès

L'acteur et réalisateur a plaidé mercredi devant le Congrès américain pour que les Etats-Unis poussent en faveur d'un renforcement du mandat de la Mission de l'ONU en République démocratique du Congo afin de protéger les populations.

Ben Affleck.

Ben Affleck.

Ben Affleck plaide la cause des populations opprimées de la République démocratique du Congo devant le Congrès américain.

«Je ne suis pas ici pour quémander l'argent du contribuable américain. Je suis ici aujourd'hui pour respectueusement demander que vous usiez de votre pouvoir», a déclaré l'acteur devant les élus de la commission de la Défense de la Chambre des représentants.

A l'instar de l'action de George Clooney pour le Darfour, Ben Affleck a créé en 2009 l'Initiative pour le Congo oriental (ECI), une association de soutien aux actions humanitaires qui a depuis levé plus de deux millions de dollars.

«Le M23 n'est que le dernier d'une longue liste de groupes armés qui déstabilisent le Congo depuis 1994».

Influence «unique

Les rebelles du Mouvement du 23 mars (M23), estimés à environ 1000 hommes ont pris Goma, capitale de la province riche en minerais et instable du Nord-Kivu (est), le 20 novembre avant de s'en retirer 11 jours plus tard mais les pourparlers houleux avec Kinshasa font craindre une nouvelle offensive.

Pour l'acteur, «nous avons vu ce cycle se répéter à de trop nombreuses reprises: la violence éclate, la communauté internationale s'intéresse pendant un moment à cette partie du monde, la violence recule et le monde se détourne, soulagé, sans s'occuper des problèmes systémiques» à l'origine de cette instabilité.

Rappelant que le M23 était «soutenu par le Rwanda et l'Ouganda», Ben Affleck a plaidé pour que Washington utilise son influence «unique» sur les présidents Paul Kagame et Yoweri Museveni pour qu'ils y mettent fin.

Il a également appelé à ce que les Etats-Unis soutiennent à l'ONU une résolution en faveur d'un renforcement du mandat de la Monusco (la force d'interposition de l'ONU): «au minimum, le mandat doit être renforcé afin de lui permettre de vraiment maintenir la paix et protéger la population».

Il faudrait également que l'ONU et l'Union africaine dépêchent un envoyé spécial dans la région pour amener les parties à la table des négociations, a ajouté l'acteur-réalisateur, dont le dernier film «Argo» a été salué par la critique et dans les salles.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!