Publié

CinémaBen Stiller vit son rêve avec son nouveau film

L'acteur revient sur le devant de la scène avec «La vie rêvée de Walter Mitty», version revisitée du parcours extraordinaire d'un homme ordinaire.

Capture d'éran

Le film, produit par Samuel Goldwyn, s'inspire d'un classique de la littérature américaine de 1939, «La vie secrète de Walter Mitty», nouvelle de James Thurber déjà mise en scène pour le grand écran dans une comédie à succès des années 40 ainsi qu'au théâtre.

Walter Mitty, un homme ordinaire à l'imagination débordante s'invente une vie pour échapper à la réalité mais découvre que la vie réelle peut surpasser ses rêves les plus fous...Du Groenland à New York en passant par l'Islande et une série de personnages poétiques et truculents, Ben Stiller, plus connu en France pour ses rôles comiques qu'en tant que réalisateur, revisite cette histoire pour le 21ème siècle. Il intègre dans l'histoire un monde de la presse en pleine mutation au même titre que les relations entre êtres humains conditionnées par l'internet et le monde virtuel.. Il y interprète un personnage émouvant, déconcertant d'humilité, dont les aventures s'enchaînent à un rythme endiablé sur fond d'actualité détournée et de scènes surréalistes.

Dans l'imagination de Ben Stiller et de son scénariste Steven Conrad, Walter Mitty est responsable du service des négatifs photo de Life Magazine. Employé dévoué, il se verrait bien en héros de ces instantanés de courage et d'audace qu'il reçoit quotidiennement sur son bureau. C'est aussi un laissé pour compte de la révolution numérique, sur le point d'être licencié en raison de la mutation de la célèbre revue en site web. Walter tombe amoureux d'une de ses collègues, Cheryl (Kristen Wiig). Cet amour va l'encourager à un formidable voyage initiatique dans la vraie vie à la recherche d'un célèbre photographe, Sean O'Connell, interprété par Sean Penn...«Pour moi, être acteur ou réalisateur c'est une manière de vivre mes rêves et de travailler sur les grandes questions de ma vie», a confessé devant la presse l'acteur brun au regard bleu à l'occasion d'un passage à Paris pour la promotion de son film en compagnie de sa compatriote Kristen Wiig, connue pour ses rôles comiques dans des séries télévisées. «Je pense que le processus créatif c'est de repousser les limites. Ce qui m'intéressait vraiment dans ce classique c'est qu'on ne peut pas le catégoriser», a poursuivi Ben Stiller dont le film est à la fois une comédie, un drame et un film d'aventures, sorte de métaphore poétique et pleine d'humour sur le sens de la vie.

On y retrouve d'innombrables références à Hollywood et à ses grands succès tels «Forrest Gump» ou «Les dents de la mer» ainsi que des archétypes et des héros de la culture américaine. Kristen Wiig y interprète, entre autres, à la guitare, une touchante version du cultissime «Space oddity» de David Bowie, «l'un de (ses) meilleurs souvenirs du tournage, avec l'Islande» qu'elle ne connaissait pas, a-t-elle dit.«Il fallait pouvoir coller aux fantasmes du personnage (Walter) et c'était nouveau. Il n'arrête pas de fantasmer sur ce qu'il aurait pu être mais c'est vraiment ce qu'il y a derrière qui m'a intéressé. Pouvoir faire ce genre de film à ce moment de ma vie c'est une manière d'aller un peu plus loin dans l'inconnu», a ajouté Ben Stiller, en soulignant qu'il se sentait «très proche» de son personnage.

(AFP)

Ton opinion