Actualisé

AlimentationBénéfice et ventes de Nestlé en baisse au 1er semestre

Alors que le résultat net de Nestlé se contractait à 4,6 milliards de francs, son chiffre d'affaires s'est replié de 4,8%, à 43 milliards au 1er semestre 2014. La force du franc suisse est en cause.

Le siège de Nestlé à Vevey.

Le siège de Nestlé à Vevey.

Keystone

Nestlé a subi aussi bien une baisse de son bénéfice que de ses ventes au premier semestre. Alors que le résultat net du géant alimentaire vaudois se contractait à 4,6 milliards de francs (contre 5,1 milliards un an auparavant), son chiffre d'affaires s'est replié de 4,8%, à 43 milliards.

La force du franc suisse a continué à avoir un impact négatif important sur les recettes, de l'ordre de 8,8%, a déploré jeudi le groupe. Au niveau opérationnel, le résultat EBIT s'est lui aussi tassé à 6,4 milliards de francs, contre 6,8 milliards au premier semestre 2013.

L'administrateur délégué de Nestlé Paul Bulcke s'est néanmoins réjoui, dans le communiqué, d'une «croissance organique solide et générale (4,7%), portée par la croissance interne réelle (2,9%) et l'adaptation des prix (1,8%), dans un environnement commercial qui reste encore très volatil».

Le Belge a précisé que la société prévoyait de lancer un programme de rachat d'actions de l'ordre de 8 milliards de francs, qui débutera cette année et se poursuivra en 2015. Soumise aux conditions du marché, cette opération est en ligne avec la politique de Nestlé «visant à maintenir notre notation financière actuelle».

Surgelés et glaces sous pression

Au niveau des régions, la zone Amériques a généré des recettes de 12,5 milliards de francs, alors que les croissances organique et interne y atteignaient respectivement 4,9% et 1,7%. En Amérique du Nord, l'environnement commercial est demeuré faible.

Les catégories produits surgelés et glaces ont notamment continué à être mises sous pression. A l'inverse, l'Amérique du Sud a été le théâtre d'une croissance à deux chiffres, portée par une adaptation des prix.

Deuxième marché de Nestlé en termes de ventes (8,9 milliards), la zone Asie, Océanie et Afrique a crû de 4,7% au niveau organique et de 1,9% au niveau interne. Aussi bien les marchés émergents que développés se sont bien comportés.

Par contre, le groupe déplore les impacts négatifs, dans certaines régions, de la déflation et des instabilités politiques. Toujours sous pression en Chine, le groupe vaudois y voit «les fondamentaux s'améliorer».

En Europe, le chiffre d'affaires s'est monté à 7,3 milliards de francs durant le semestre sous revue. Quant à la croissance organique, elle a représenté 0,6%, contre 2% pour la croissance interne. Alors que la région ibérique montrait des signes de reprise, la Suisse, les Pays-Bas et l'Autriche ont très bien performé.

Division Nutrition en forme

A l'échelle des divisions, Nestlé Waters a réalisé des recettes de l'ordre de 3,7 milliards de francs, pour une croissance organique de 6,1% et une croissance interne de 7,3%. Si toutes les marques et régions ont bénéficié d'une croissance profitable, les marchés émergents ont connu une accélération particulièrement remarquée.

Entraînée par la croissance à deux chiffres des formules et céréales infantiles, Nestlé Nutrition a dépassé l'évolution du marché dans de nombreux pays émergents. Au total, les recettes de cette division se sont montées à 4,7 milliards de francs, alors que les croissances organique et interne atteignaient 7,9% et 3,8%.

Du côté des autres activités du groupe, dont le chiffre d'affaires a représenté 5,9 milliards de francs, la croissance organique a représenté 5,9%, contre 4,7% pour la croissance interne. Malgré des conditions difficiles en Amérique du Nord et en Europe occidentale, Nestlé Professional a connu une croissance réjouissante. Chez Nestlé Health Science, l'innovation et l'élargissement de certains produits à de nouveaux marchés ont entraîné de bons résultats.

Objectifs annuels confirmés

Les chiffres présentés jeudi se situent en dessous des prévisions des analystes interrogés par l'agence financière awp. Ces derniers tablaient sur un bénéfice net de 4,96 milliards de francs, des ventes de 43,22 millards et un EBIT de 6,55 milliards. Le groupe a cependant dépassé les attentes au niveau de la croissance organique, prévue à 4,4%, et de la croissance interne réelle, anticipée à 2,8%.

Pour l'ensemble de l'année 2014, Nestlé confirme ses objectifs. Les responsables de la société veveysanne tablent sur une croissance organique d'environ 5%, ainsi qu'une amélioration des marges et de la rentabilité du capital.

Le cours de l'action du géant alimentaire n'a de loin pas été impacté négativement par la baisse du bénéfice et des ventes. Dans les premiers échanges à la Bourse suisse, le titre prenait 2,91%, à 68,75 francs, alors que le SMI (Swiss Market Index) était en légère hausse.

(ats)

Votre opinion