Zurich: Bénéfice semestriel stable pour la BCZ
Publié

ZurichBénéfice semestriel stable pour la BCZ

La baisse par rapport au 1er semestre 2015 constitue un bon résultat, la banque ayant eu des rentrées exceptionnelles l'an passé.

Keystone

Le résultat du premier établissement cantonal a marginalement baissé sur un an, de 0,1%, à 393 millions de francs. Les recettes de la Banque cantonale de Zurich (BCZ) ont toutefois nettement progressé.

La stagnation du bénéfice s'explique par une base de comparaison élevée, le 1er semestre 2015 ayant été soutenu par des revenus exceptionnels de 35 millions de francs, essentiellement grâce à des ventes immobilières, relève vendredi la BCZ dans un communiqué. Le résultat opérationnel a en revanche progressé de 8%, à 395 millions.

«Malgré un contexte difficile, la banque a obtenu au 1er semestre un résultat très satisfaisant et nettement supérieur aux attentes. Cela illustre une fois encore la force et la solidité de notre modèle d'affaires diversifié», a commenté le directeur général, Martin Scholl, cité dans le communiqué.

Hausse des recettes

Durant la période sous revue, le produit d'exploitation a augmenté de 4,6% par rapport à l'année précédente, à 1,15 milliard de francs. La progression s'explique surtout par la hausse du revenu des activités liées aux commissions et services (+14,5%), à 360 millions.

Cette augmentation reflète avant tout l'intégration réussie du spécialiste de fonds et de placements de prévoyance Swisscanto, dont les résultats durant la période correspondante de l'exercice précédent n'avaient pas encore été pris en compte dans l'ensemble du semestre, explique l'établissement cantonal.

Malgré les taux négatifs persistants, les opérations d'intérêt – principale source de revenus de la banque – sont pour leur part restées pratiquement stables (-0,2%), à 582 millions de francs. Cette stabilité s'explique par la croissance des volumes de l'activité hypothécaire de 1,8 milliard au 1er semestre.

Les recettes issues des opérations de négoce ont fait mieux que l'année précédente, avec une hausse de 1,6%, à 183 millions de francs. Le contexte difficile et volatil a entraîné une hausse des activités de négoce des clients, constate la BCZ. Enfin, les autres produits ordinaires ont gagné 12,3% à 23 millions.

Charges en hausse

Les charges d'exploitation ont quelque peu augmenté sur un an (+1,1%), à 684 millions de francs. Cette hausse a été principalement marquée par Swisscanto, intégré aux comptes consolidés depuis avril 2015. Fin juin, la BCZ employait 5172 personnes en équivalent plein temps, soit sept de moins qu'à fin décembre.

Dans le détail, les frais de personnel ont pratiquement stagné (-0,1%), à 469 millions de francs, tandis que les autres charges d'exploitation sont passées de 207, à 215 millions. Celles-ci comprennent notamment le règlement de la garantie de l'Etat de 10,5 millions, versé au canton pour les six premiers mois de l'année. Le ratio coûts/revenus a progressé à 59,1%, contre 61,5% il y a un an.

Le ratio de fonds propres s'établissait lui à 17,3% fin juin, contre 18,2% à la même période de l'année précédente. La BCZ dit ainsi figurer parmi les banques les mieux capitalisées au monde, dépassant toutes les exigences réglementaires en la matière. Le ratio de fonds propres dits «durs» (CET1) s'élevait pour sa part à 15,3%, contre 16,1% fin juin 2015.

A fin juin, l'établissement zurichois comptait des avoirs clientèle de 260,2 milliards de francs, contre 257,5 milliards à la fin de l'année dernière.

Confiance pour la suite

Au chapitre des perspectives, la BCZ relève que le second semestre devrait être dominé par des défis et des incertitudes conjoncturelles sur les marchés internationaux. Malgré cet environnement «hostile», la banque continue de tabler sur un bon résultat financier sur l'ensemble de l'année.

(ats)

Votre opinion