Football – Viré, Bernard Challandes n’est plus sélectionneur du Kosovo
Publié

FootballBernard Challandes n’est plus sélectionneur du Kosovo

Le Neuchâtelois de 70 ans s’est fait renvoyer après deux défaites de suite, dont une à domicile contre la Géorgie, mardi (1-2).

par
Sport-Center
Bernard Challandes en conférence de presse: c’était vendredi dernier, à Solna en Suède,

Bernard Challandes en conférence de presse: c’était vendredi dernier, à Solna en Suède,

AFP

Bernard Challandes n’est plus le sélectionneur du Kosovo. Le Neuchâtelois de 70 ans n’a pas survécu à deux défaites consécutives, la première samedi en Suède (0-3), la seconde mardi soir à Pristina contre la Géorgie (1-2).

Ce renvoi a été officialisé par le président de la Fédération kosovare de football Agim Ademi, lors d’une conférence de presse convoquée à la hâte ce mercredi en début d’après-midi. «Nous avons dû nous résoudre à mettre un terme à notre collaboration (avec Challandes)», a-t-il confirmé. En août 2020, Challandes avait vu son contrat être prolongé jusqu’à l’été 2022.

Challandes était à la tête du Kosovo depuis le 2 mars 2018. Il a en tout dirigé la sélection kosovare à 37 reprises, pour un bilan positif de 16 victoires, 8 matches nuls et 13 défaites (moyenne: 1,51 point par match).

Bernard Challandes n’a pas caché sa déception après avoir appris la décision de ses désormais ex-dirigeants. «Le but initial était de construire une vraie et bonne équipe, a-t-il dit, cité par le média kosovar koha.net. J'étais content de ce travail et fier du chemin que nous avons accompli. J'ai eu beaucoup de plaisir à travailler avec cette équipe, raison pour laquelle cela m’attriste de devoir partir. Mais je remercie tout le monde de sa coopération, des dirigeants aux joueurs en passant par le staff.»

«J'espère que le Kosovo réussira, parce que je me sens un peu kosovar»

Bernard Challandes, ex-sélectionneur du Kosovo

Challandes a ajouté: «Je sais que l'entraîneur doit avoir des résultats et la pression de l’État n'a pas été facile à gérer pour la Fédération. Les résultats étaient peut-être importants (pour les dirigeants), mais pour moi, il était primordial de créer une équipe. Or, je pense que nous avons réussi à pratiquer un bon football. J'espère revenir voir des matches du Kosovo à l'avenir. Nous avons déjà franchi une première étape, et la deuxième ne sera pas facile. Mais j'espère que le Kosovo réussira, parce que je me sens un peu kosovar.»

Votre opinion