Lausanne: Bernard Nicod dément être un calomniateur

Publié

LausanneBernard Nicod dément être un calomniateur

L'entrepreneur vaudois estime avoir «fait son devoir» dans l'affaire qui l'oppose à Avni Orllati.

Bernard Nicod.

Bernard Nicod.

Image d'archive, Keystone

Bernard Nicod ne veut pas passer pour un calomniateur dans l'affaire qui l'oppose à un autre promoteur vaudois, Avni Orllati. «Je n'ai fait que mon devoir», plaide-t-il dans une prise de position envoyée au Matin Dimanche.

Pour rappel, le promoteur lausannois est soupçonné d'avoir voulu salir l'image de son rival Avni Orllati. Il l'a fait suivre par un détective privé et lui reproche de polluer le site de Bioley-Orjulaz.

L'affaire s'est envenimée de sorte que plusieurs plaintes pour calomnies sont désormais pendantes. Et une dénonciation pour pollution, classée faute de preuves par le procureur en mai, fait actuellement l'objet d'un recours devant le Tribunal fédéral.

Dans sa lettre, Bernard Nicod revient brièvement sur ces faits. Il s'explique: «Alerté par des signaux émanant de la profession et par des éléments laissant à penser à des irrégularités et à des pratiques relevant de la pollution, j'ai d'abord réuni des éléments de preuves». Lorsqu'il a disposé «d'un faisceau d'indices important», écrit-il, il les a transmis aux autorités vaudoises.

«Sans m'en cacher»

Il précise qu'il n'a pas agi seul, mais sans nommer personne. «J'étais accompagné dans cette démarche par d'autres entrepreneurs aussi inquiets que moi et qui m'ont dit disposer eux aussi d'éléments concrets», ajoute-t-il. «Je n'ai ainsi fait que mon devoir. Je l'ai fait en personne et sans m'en cacher».

«Les autorités ont manifestement partagé mes inquiétudes», écrit-il en référence à la dénonciation du Département du territoire et de l'environnement auprès du Ministère public, classée en mai. «Les questions soulevées ne sont à ma connaissance pas réglées», conclut-il.

(ats)

Ton opinion