28.02.2016 à 19:25

Votations du 28 févrierBerne a approuvé un crédit à la construction

Les citoyens bernois ont également maintenu le système de subsides destiné à réduire le montant des primes de l'assurance maladie.

Les citoyens bernois ont approuvé un crédit à la construction.

Les citoyens bernois ont approuvé un crédit à la construction.

Keystone

Les citoyens du canton de Berne ont accepté à une nette majorité un crédit de 141,6 millions de francs pour la construction d'un bâtiment destiné à la recherche clinique et la médecine légale. Ce projet était contesté par les opposants aux expérimentations animales.

Ce nouveau bâtiment va accueillir les laboratoires de l'Institut de médecine légale et le Département de recherche clinique de l'Université de Berne. Il s'agit de regrouper les sites disséminés sur 18 endroits dans la capitale.

Cette concentration va renforcer le statut du site médical du canton de Berne. Pour le gouvernement, cet édifice va permettre de créer les surfaces de laboratoire requises et d'offrir les capacités nécessaires à la détention d'animaux pour les expérimentations.

Ce crédit a été accepté dimanche par 286'924 (72,2%) voix contre 110'440 (27,8%) voix. La participation s'est élevée à 54,4%. Le bâtiment offrira une surface totale de 24'000 m2 avec 5 étages en sous-sol et 7 étages en surface. Les installations de garde de souris occuperont 1000 m2.

Les subsides sont maintenus

Les citoyens bernois n'ont pas voulu supprimer de la loi la part de la population qui bénéficie de subsides pour réduire le montant des primes de l'assurance maladie. Ils ont désavoué le gouvernement et le Grand Conseil. La loi actuelle reste en vigueur.

Cette loi prévoit que 25 à 45% de la population du canton de Berne doit toucher une aide de l'Etat pour participer au paiement des primes de l'assurance maladie. Mais le Grand Conseil a biffé l'an dernier ce principe, décision attaquée par un référendum lancé par la gauche.

L'abrogation de cet objectif de prestations découle du plan d'austérité adopté par le Grand Conseil en 2013. La majorité de droite s'était prononcée en faveur d'une coupe de 24 millions de francs dans l'enveloppe allouée à la réduction des primes. Le seuil minimum de 25% inscrit dans la loi ne pouvait dès lors plus être atteint.

L'UDC échoue à Berne, un candidat PS élu

La droite n'a pas réussi dimanche à s'emparer de la majorité au gouvernement bernois après l'élection du socialiste Christoph Ammann. Il y aura un 2e tour pour désigner le représentant du Jura bernois, aucun candidat n'ayant obtenu la majorité absolue.

Il faudra attendre le 2e tour le 3 avril pour savoir si l'UDC pourra faire basculer la majorité du Conseil-exécutif après dix ans de majorité de gauche. C'est le candidat du Jura bernois qui fera pencher la balance, la constitution garantissant l'un des sept sièges à la minorité francophone.

Les Bernois étaient appelés dimanche aux urnes pour désigner les successeurs des conseillers d'Etat socialistes Philippe Perrenoud et Andreas Rickenbacher. La coalition rose-verte détient depuis 2006 la majorité au sein d'un gouvernement qui compte 3 socialistes, 1 Vert, 1 UDC, 1 PBD et 1 PLR.

Au premier tour, seul le socialiste Christoph Ammann a été élu avec 182'476 voix alors que la majorité absolue était fixée à 181'084 voix. Il devance l'UDC Lars Guggisberg qui recueille 176'219 voix. L'UDC avait fait la course en tête avant la publication des résultats de l'arrondissement de Berne.

Candidat du Jura bernois

Premier des candidats francophones, l'UDC Pierre-Alain Schnegg termine à la 3e place avec 154'217 voix. Le député de Champoz a également réalisé le meilleur score dans le Jura bernois. Comme il n'a pas obtenu la majorité absolue, il n'a pas été élu.

Le second candidat socialiste, Roberto Bernasconi se classe au 4e rang avec 152'081 voix. Les deux autres candidats sont largement distancés. La participation s'est élevée à 52,7%.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!