Suisse: Berne: le parlement veut accueillir 1500 réfugiés

Actualisé

SuisseBerne: le parlement veut accueillir 1500 réfugiés

Le parlement de la ville a accepté jeudi par 49 voix contre 13 un postulat en ce sens du groupe indépendant.

1 / 150
Le pic de la crise des réfugiés en Europe est «est derrière nous», estime l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). (29 juin 2017)

Le pic de la crise des réfugiés en Europe est «est derrière nous», estime l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). (29 juin 2017)

Keystone
L'Italie ne sait plus comment faire face à l'afflux de migrants venant des côtes africaines et appelle l'aide de l'UE. Les autorités italiennes ont même évoqué la possibilité de fermer leurs ports aux navires de sauvetage pour faire pression sur les partenaires européens de Rome, (28 juin 2017)

L'Italie ne sait plus comment faire face à l'afflux de migrants venant des côtes africaines et appelle l'aide de l'UE. Les autorités italiennes ont même évoqué la possibilité de fermer leurs ports aux navires de sauvetage pour faire pression sur les partenaires européens de Rome, (28 juin 2017)

archive/photo d'illustration, AFP
Plus de 3300 migrants ont été secourus dimanche en Méditerranée au cours de 31 opérations distinctes. (Lundi 26 juin 2017)

Plus de 3300 migrants ont été secourus dimanche en Méditerranée au cours de 31 opérations distinctes. (Lundi 26 juin 2017)

AFP

La ville de Berne devrait accueillir 1500 réfugiés sur la route de l'exil, par exemple de ceux qui ont gagné les côtes grecques. Son parlement a accepté jeudi par 49 voix contre 13 un postulat en ce sens du groupe indépendant.

La ville de Berne doit donner un signal, se positionner comme «un port de salut» pour des femmes et des hommes bloqués en Italie ou en Grèce, ont argué plusieurs élus de la gauche alternative. Elle doit également formuler auprès de la Confédération son souhait d'accueillir ces migrants «qui attendent aux portes de l'Europe».

Il s'agit de créer davantage d'infrastructures d'accueil et peut-être même de placer certains réfugiés chez des privés volontaires. L'UDC et le PLR se sont opposés à la motion, soulignant que le thème est du ressort de la Confédération.

L'exécutif s'est de son côté dit prêt à examiner «ce que nous pouvons faire de plus à Berne» pour ces migrants, selon des mots de la municipale Franziska Teuscher (Alliance verte).

(ats)

Ton opinion