Sécheresse: Berne noie la question de la lutte contre les gros feux de forêt
Publié

SécheresseBerne noie la question de la lutte contre les gros feux de forêt

Le Conseil fédéral a répondu à une question sur le manque de préparation potentiel de notre pays à faire face à des incendies de grande ampleur. Mais il ne s’est pas mouillé.

par
Christine Talos
La France combat ses nombreux incendies de forêt grâce à des Canadairs. Mais la Suisse ne possède pas de tels avions. 

La France combat ses nombreux incendies de forêt grâce à des Canadairs. Mais la Suisse ne possède pas de tels avions. 

AFP

La sécheresse augmente dangereusement en Suisse et avec les risques de feux de grande ampleur dans les forêts. Hic: notre pays ne serait pas suffisamment équipé pour lutter contre de gros incendies.

C’est du moins ce qu’affirmait récemment le directeur de l’ECA Vaud, Serge Depallens. Dans une interview parue dans Le Temps, il prévenait que la Suisse n’était pas prête à affronter d’importants feux de forêt, notamment en termes d’équipements. Il soulignait que la Suisse ne disposait pas de Canadair et qu’il n’existait pas d’arrangement avec la France qui utilise, elle, de tels avions. On se souvient en outre qu’en février, lors de gros incendies de forêt au Tessin, la Suisse avait dû faire appel à des Canadairs italiens pour l’aider à contenir les flammes.

Tout va bien, selon Berne

Du coup, le conseiller national Raphaël Mahaim (Verts/VD) a interrogé le Conseil fédéral lundi à la traditionnelle heure des questions. «La Suisse ne semble pas disposer d’un système de défense incendie adapté à de telles catastrophes. Comment le Conseil fédéral compte-t-il s’assurer que le pays dispose de moyens suffisants de lutte contre des incendies de grande ampleur, en termes de matériel et de ressources humaines, voire au besoin grâce à la coopération avec des pays voisins?» a-t-il demandé.

Dans sa réponse écrite, le Conseil fédéral s’est borné à renvoyer le Vaudois à un rapport publié en janvier dernier sur la question où il rappelait qu’en Suisse, c’était les cantons qui étaient responsables de la lutte contre ces incendies. En outre, il estimait que ceux-ci étaient bien équipés. Parmi les points à améliorer toutefois, l’uniformisation du système d’alerte entre la Confédération et les cantons.

Une étude «plus poussée» commandée

Quant au sujet des canadairs, le Conseil fédéral juge que «la coordination de la lutte aérienne en cas d’incendies de grande ampleur est très importante». Le gouvernement a quand même indiqué qu’il avait commandé «des études plus poussées» sur la question en Suisse et dans l’UE.

À noter que la question de la lutte aérienne contre le feu n’est pas nouvelle. En été 2018 déjà, Guy Parmelin, alors à la tête de l’armée, suggérait que celle-ci se procure des Canadairs, comme en dispose de nombreux pays. «Peut-être que cela pourrait être un investissement judicieux compte tenu de la sécheresse», avait lancé le ministre à l’époque. Sa proposition semble être restée lettre morte.

Votre opinion

4 commentaires