Publié

Pétition signée par 10 000 personnes«Berne protège les chasseurs, pas les animaux»

L'association «Protection suisse des animaux» dénonce la nouvelle révision de l'ordonnance sur la chasse défendue par Berne. La souffrance des animaux n'est pas assez prise en compte.

Pour la PSA, il est inacceptable d'autoriser des modes de chasse infligeant des mauvais traitements aux animaux.

Pour la PSA, il est inacceptable d'autoriser des modes de chasse infligeant des mauvais traitements aux animaux.

Keystone

«Berne protège les chasseurs, pas les animaux» C'est la conviction d'Helen Sandmeier, la porte-parole de l'association Protection suisse des animaux (PSA). Lors d'une conférence de presse donnée ce matin à Berne, elle a dénoncé le projet de révision de l'ordonnance sur la chasse. Elle n'est pas la seule puisque 10'000 personnes ont signé une pétition dans ce sens.

Pourquoi la PSA est-elle mécontente? Parce que la peur et la souffrance des animaux ne sont pas assez prises en compte. «Nous somme pragmatiques. Nous ne disons pas qu'il faut interdire la chasse. Mais elle doit se faire en respectant certaines règles pour éviter que les animaux souffrent», déclare Madame Sandmeier.

La PSA demande plusieurs retouches au projet fédéral. En voici quelques unes:

Interdiction nationale de la chasse au terrier

Cette chasse consiste à envoyer des petits chiens dans les terriers des animaux afin de les débusquer. «Cela provoque la peur des animaux et même celle des chiens qui sont obligés d'aller dans les terriers».

Exercices de tirs sur cible mouvante pour les casseurs

Selon André Berthoud, chef des sections de l'association, il y a encore trop de chasseurs maladroits et négligents. Ils tirent de trop loin sur une bête, la blesse légèrement et ensuite s'en désintéressent. La PSA réclame une obligation annuelle de tir sur cible mouvante comme condition de délivrance du permis de chasse. Elle aimerait aussi que les chasseurs annoncent leurs tirs ratés dans tous les cantons.

Chasse à l'affût, plutôt que battue

La PSA souhaite encourager la chasse à l'affût, plutôt que la battue. Cette dernière occasionne selon elle trop de stress pour les animaux sauvages. Même ceux qui ne sont pas visés par les chasseurs en souffrent.

Pas d'animaux «nuisibles»

Il est «suranné» de distinguer les animaux en deux catégories: les espèces utiles et les nuisibles. Selon la PSA, cela a pour conséquence de «discréditer» des animaux comme le lynx ou le loup. Et si les chasseurs estiment que ces prédateurs leur enlèvent trop de proies, ils demandent au garde-chasse de les tirer. C'est ce qui fait dire à la PSA que l'ordonnance protège plus les chasseurs que les animaux.

Votre opinion