Publié

ParlementBerne renforce le matelas financier en faveur des crèches

Le Conseil des Etats a accepté à son tour mardi de libérer un nouveau crédit-cadre de 120 millions jusqu'en 2019 pour la création de nouvelles structures d'accueil extrafamilial des enfants.

ARCHIVES / PHOTO D'ILLUSTRATION, Keystone

La Confédération pourra débourser jusqu'à 120 millions de francs pour soutenir le lancement de nouvelles structures d'accueil extrafamilial des enfants.

Après le National, le Conseil des Etats a accepté mardi par 25 voix contre 9 et 4 abstentions de libérer un nouveau crédit-cadre jusqu'en 2019.

En principe, les aides financières à la création de crèches et autres structures de garde des enfants auraient dû cesser à fin janvier 2015. Grâce au soutien fédéral, l'offre s'est étoffée de 43'000 places depuis 2003, mais elle ne couvre toujours pas les besoins dans de nombreuses régions du pays, a précisé Géraldine Savary (PS/VD) au nom de la commission.

Trois quarts des communes ne proposent aucune place d'accueil extrafamilial et près d'un tiers des enfants habitant en Suisse n'y ont pas accès. Or, les garderies sont essentielles pour permettre la conciliation de la vie de famille et du travail, a souligné Brigitte Häberli (PDC/TG).

Même le gouvernement a retourné casaque, lui qui excluait encore il y a quatre ans toute prolongation du subventionnement. Le programme d'impulsion fonctionne à merveille; 95% des places créées subsistent à l'arrêt du subventionnement, a dit le conseiller fédéral Alain Berset.

Opposition de fond

Se faisant le porte-parole d'une minorité silencieuse, Alex Kuprecht (UDC/SZ) a critiqué ce nouveau renouvellement d'un crédit censé s'éteindre. La création de places d'accueil est du ressort des cantons et des communes, a-t-il critiqué.

Effectivement, la manne fédérale ne sera attribuée qu'à titre subsidiaire, soit seulement à condition que le canton, la commune ou des tiers participent au financement. La Confédération assumera au plus un tiers des frais d'investissement ou d'exploitation. La subvention, versée pendant trois ans au plus, ne pourra pas excéder 5000 francs par place et par année.

Projets novateurs

En principe, l'argent servira à la création de nouvelles structures. Une part pourrait néanmoins soutenir l'extension de crèches ou d'écoles de jour existantes. En outre, 15% au plus des moyens pourraient soutenir des projets à caractère novateur. Une minorité s'est opposée à cette possibilité.

En douze ans, il n'y a quasiment pas eu de demandes de ce type, a fait valoir Joachim Eder (PLR/ZG). Jusqu'ici, seuls trois projets ont vu le jour dans la région de Lucerne concernant des bons de garde. Il vaut mieux concentrer les efforts sur la création de nouvelles places plutôt que disperser les moyens, a-t-il lancé.

En vain. Par 22 voix contre 13, la majorité a tenu à maintenir une certaine flexibilité en faveur de projets innovants.

(ats)

Ton opinion