Sécurité aérienne: Berne veut accélérer l’achat des avions de combat F-35A
Publié

Sécurité aérienneBerne veut accélérer l’achat des avions de combat F-35A

Estimant, qu’il y a urgence, le Conseil fédéral veut signer les contrats avant l’expiration du délai fin mars 2023, sans attendre une éventuelle votation sur l’initiative populaire «Stop F-35!»


Le F-35A sur l’aérodrome militaire d’Emmen.


Le F-35A sur l’aérodrome militaire d’Emmen.

Sabina Bobst

Au vu de la situation sécuritaire, le Conseil fédéral veut combler plus rapidement que prévu les lacunes en matière de capacités militaires. Il a décidé de suivre la proposition de la commission de la politique de sécurité du Conseil des États et d’accélérer l’achat des avions de combat F-35A. Il souhaite ainsi acquérir les jets d’ici l’expiration de l’offre du gouvernement américain, soit le 31 mars 2023, sans attendre une éventuelle votation sur l’initiative populaire «Stop F-35!»

Pas les mêmes conditions d’achat

«En effet, il n’est pas certain que l’acquisition puisse se faire aux mêmes conditions si les contrats devaient être renégociés, notamment en ce qui concerne les prix et les délais de livraison», souligne le Conseil fédéral mercredi. «Depuis que la guerre en Ukraine a éclaté, de nombreux pays ont augmenté leur budget d’armement», relève-t-il. Ainsi la Finlande, l’Allemagne et le Canada ont décidé d’acheter eux aussi des F-35A, rappelle-t-il, «ce qui accroît largement les risques de retard de livraison». Or pour que la Suisse puisse protéger sa population des menaces aériennes au-delà de 2030, il importe qu’elle reçoive ses premiers F-35A dès 2027, explique encore le gouvernement.

Il rappelle encore que «les initiatives populaires ne déploient aucun effet juridique avant d’être acceptées par le peuple et par les cantons». Seul un oui dans les urnes se traduirait par une nouvelle disposition constitutionnelle, explique-t-il.

On s'en souvient: la conseillère fédérale chargée de la Défense, Viola Amherd, avait demandé aux initiants, sur le plateau du «19h30» de la RTS, d’arrêter de récolter des signatures pour cet objet. Mais l’alliance de gauche, composée notamment des Verts, du PS et du GSsA, n’avait pas retiré son initiative.  Par ailleurs, un sondage 20 Minutes/Tamedia vient de demander aux Suisse si le Conseil fédéral devait signer les contrats d’achat pour les F-35 avant de connaître l’avis du peuple. Les citoyens étaient mitigés. Chez les 18 à 34 ans, la proposition a récolté 40% de soutien, contre 56% chez les 65 ans et plus. 

Hausse des dépenses de l’armée à 1% du PIB

Le Conseil fédéral est en outre favorable à une augmentation du budget de 285 millions de francs pour le programme d’armement 2022. Berne entend également augmenter les dépenses consacrées à l’armée de 300 millions de francs en 2023 et continuer de le faire progressivement à partir de 2024 de manière qu’elles correspondent au 1% du PIB en 2030. Le National a déjà donné son feu vert. Le Conseil des États devrait en faire autant lors de la session de juin.

Cette hausse permettra des acquisitions supplémentaires, souligne-t-il. Dans le détail, il s’agit, pour 110 millions de francs, de renforcer la cybersécurité et d’investir 175 millions de francs dans une deuxième série de mortiers 12 cm 16. De plus, un crédit d’engagement de 15 millions de francs supplémentaires doit permettre d’acquérir un véhicule modèle pour les futurs véhicules de commandement.

En revoyant ainsi le budget militaire à la hausse, le Conseil fédéral entend permettre des acquisitions supplémentaires dans les années à venir et anticiper la réalisation de projets déjà prévus, conclut-il.

Berne ne veut plus de ses vieux F-5 Tiger

(cht)

Votre opinion

17 commentaires