Football: Betim Fazliji, le porte-bonheur de Saint-Gall

Publié

FootballBetim Fazliji, le porte-bonheur de Saint-Gall

En 19 apparitions cette saison, l'international M20 affiche 17 victoires pour deux nuls. A sept postes différents...

par
Sport-Center
Keystone

Cela concerne, certes, le co-leader de Super League. Mais on ne parle pas d'un joueur qui ne compte que quatre ou cinq apparitions depuis le début du championnat. Non, Betim Fazliji a été aligné à 19 reprises - dont 14 fois en tant que titulaire - par Peter Zeidler jusqu'ici cette saison. Sa particularité? Il n'a encore jamais perdu et fait donc office de porte-bonheur du FC Saint-Gall.

Les sept défaites des Brodeurs en 2019-2020? Le jeune homme (21 ans depuis fin avril) les a vécues depuis la tribune ou sans entrer en jeu. Son bilan est impressionnant: 17 victoires pour 2 nuls, le dernier concédé jeudi soir sur la pelouse de Lugano (3-3). En fait, Betim Fazliji n'a pour le moment jamais connu la défaite de sa carrière en Super League en étant sur le terrain, lui qui a été promu des M21 durant l'été.

«Quand on parle de 19 rencontres, ça ne peut pas être du hasard, applaudit Peter Zeidler, joint par téléphone vendredi. Betim est un joueur doté d'une très grande intelligence de jeu et d'une mentalité positive. Il aime s'entraîner, c'est un bosseur. Honnêtement, c'est le rêve pour un coach.»

S'il devait plus souvent se contenter de bouts de matches en première partie de saison, l'international M20 aligne désormais les minutes de jeu. Hormis la réception de Zurich le 25 juin (suspension pour accumulation de cartons jaunes... et défaite 4-0 pour Saint-Gall), il a disputé l'intégralité des rencontres des Brodeurs depuis la reprise, profitant des absences de certains de ses coéquipiers pour enchaîner.

Il faut dire que Betim Fazliji est sacrément polyvalent, lui qui a évolué dans… sept registres différents cette saison. Sur ses sept dernières apparitions, il a du reste dépanné à cinq postes: défenseur central (Letard de retour de blessure), latéral gauche (suspension de Muheim), milieu défensif (suspension de Quintillà), milieu offensif (suspension de Guillemenot) et milieu gauche (suspension de Ruiz). «Comme je l'ai dit, c'est un joueur tactiquement intelligent, répète Peter Zeidler. Sa position de prédilection? C'est milieu défensif. Mais bon, là, il y a Quintillà, qui est un bon joueur...»

Peu importe le poste, c'est à Betim Fazliji que le technicien allemand fait confiance en cas de défection dans son onze de base. «En fait, je ne peux même plus le laisser sur le banc, sinon on perd», conclut Zeidler en rigolant.

Jérôme Reynard

Ton opinion