09.08.2020 à 14:19

PoignantBeyrouth: Mika partage sa colère dans une tribune

Le chanteur né au Liban a écrit un texte publié dimanche dans plusieurs journaux. Il dit voir «dans ces deux explosions le symbole d’un système qui éclate».

par
Laurent Flückiger
«Je me sens à la fois si près et si loin de toi», commence par écrire Mika.

«Je me sens à la fois si près et si loin de toi», commence par écrire Mika.

Getty

Après le chagrin, la colère. Mardi, suite aux deux violentes explosions qui ont ravagé Beyrouth, Mika écrivait sur Twitter: «Mon cœur est avec Beyrouth et le Liban». Cinq jours après, il publie dans le «Journal du dimanche» français mais aussi dans le quotidien libanais «L’Orient-Le Jour», le «Sunday Times» britannique et le journal italien «Corriere della Sera», un texte où il sadresse à son pays de naissance et à sa capitale.

«Je me sens à la fois si près et si loin de toi», commence par écrire l’auteur-compositeur-interprète qui a quitté Beyrouth à l’âge de 1 an pour Paris. Il confie: «Je ne cesse de regarder sidéré les visages martyrs de mes frères et sœurs. Dans leurs yeux, je devine l’effroi, les larmes.» Il décrit le chaos, déplore les cris, entend les sirènes hurlantes des ambulances.

Les responsables de qui? De quoi? Les responsables de trente ans d’agonie qui ont fait du Pays du Cèdre le pays des cendres

Mika

Mika énumère les multiples difficultés auxquelles le pays fait face depuis plusieurs années. «Il y a les divisions, l’écho des conflits à tes frontières, la corruption, l’impuissance de tes dirigeants, la crise monétaire qui a plongé tes familles dans la misère puis l’épidémie de coronavirus toujours plus virulente», relate Mika qui voit «dans ces deux explosions le symbole d’un système qui éclate».

La résilience du peuple libanais

Puis, il prend à partie le premier ministre libanais, Hassan Diab, qui, le soir de la catastrophe, avait promis «que les responsables devront rendre des comptes». «Les responsables de qui? De quoi? Les responsables de trente ans d’agonie qui ont fait du Pays du Cèdre le pays des cendres», s’insurge Mika.

L’ancien coach de «The Voice» conclut sa tribune sur un message d’espoir: «Demain, tu te relèveras comme tu l’as toujours fait. La musique résonnera à nouveau depuis tes fenêtres, les corps danseront sur tes terrasses, les parfums s’échapperont de tes cuisines. Je serai là.»

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
0 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé