États-Unis - Biden responsable de la situation en Afghanistan, selon Trump
Publié

États-UnisBiden responsable de la situation en Afghanistan, selon Trump

Alors que les talibans se rapprochent de Kaboul, capitale de l’Afghanistan, l’ex-président américain, Donald Trump, a accusé son successeur d’être responsable de la situation.

«Si j’étais président actuellement, le monde saurait que notre retrait d’Afghanistan était soumis à des conditions», a affirmé Donald Trump dans un communiqué.

«Si j’étais président actuellement, le monde saurait que notre retrait d’Afghanistan était soumis à des conditions», a affirmé Donald Trump dans un communiqué.

AFP

L’ex-président américain Donald Trump a tenu jeudi son successeur Joe Biden pour responsable des avancées militaires des talibans en Afghanistan, estimant que la situation actuelle était «inacceptable». «Si j’étais président actuellement, le monde saurait que notre retrait d’Afghanistan était soumis à des conditions», a affirmé M. Trump dans un communiqué.

«Cela aurait été un retrait bien différent et un retrait bien plus réussi et les talibans le savaient mieux que quiconque», a-t-il ajouté. «J’ai eu personnellement des entretiens avec des dirigeants talibans qui avaient compris que ce qu’ils font aujourd’hui n’aurait pas été toléré», a-t-il assuré.

Les talibans ont pris jeudi la ville stratégique de Ghazni, à 150 km au sud-ouest de Kaboul, et se rapprochent dangereusement de la capitale de l’Afghanistan après s’être emparés en quelques jours de l’essentiel de la moitié nord du pays. Donald Trump, qui a perdu l’élection de novembre 2020 mais qui reste une force au sein du parti républicain, n’a pas précisé comment il aurait empêché les avancées des insurgés.

Un accord signé en 2020 avec les talibans

C’est sous son autorité que les États-Unis ont, le 29 février 2020, signé un accord avec les talibans dans lequel Washington s’engageait à retirer l’ensemble des forces américaines d’Afghanistan avant le 1er mai 2021. En contrepartie, les talibans s’engageaient à entamer des négociations de paix avec le gouvernement afghan, à s’abstenir d’attaquer les forces américaines et leurs intérêts en Afghanistan et à couper tout lien avec Al-Qaida.

Après la signature de cet accord, l’administration Trump avait fortement réduit la présence militaire américaine en Afghanistan et s’était engagée à respecter la date butoir du 1er mai pour un retrait total du pays. Les réductions d’effectifs militaires américains en Afghanistan se sont poursuivies après l’élection de novembre, et lorsque M. Biden a pris ses fonctions le 20 janvier, il ne restait plus que 2500 militaires américains et 16’000 auxiliaires civils dans le pays.

Joe Biden a suspendu les opérations de retrait à son arrivée à la Maison-Blanche pour se donner le temps d’analyser la situation et, en avril, il a confirmé le retrait militaire total d’Afghanistan. La date avait été repoussée initialement au 11 septembre, puis au 31 août.

(AFP)

Votre opinion