Actualisé 27.03.2020 à 07:42

MobilitéBienne invente les transports publics à la demande

Appeler un bus de ligne via une application, c'est le service qui a été testé dans la banlieue par les Transports publics biennois. En suisse allemand seulement.

par
lematin.ch
«Sowieduu» a été utilisé 2000 fois en six semaines

«Sowieduu» a été utilisé 2000 fois en six semaines

Tpb

La mobilité flexible, ça marche! Au terme d'une expérience menée dans la banlieue alémanique de Bienne et intitulée «sowiduu», contraction de «so flexibel wie du» qui signifie «aussi flexible que toi», les Transports publics biennois (Tpb) entrouvrent une porte en matière de mobilité, en collaboration avec les CFF.

Disponible via une app pour smartphone, le service «sowiduu» a été utilisé 2000 fois en six semaines. «Un client pouvait commander un véhicule un quart d'heure à l'avance, sans contrainte d'horaire», précise Bernd Leckebusch, responsable du marché et de la planification aux Tpb.

Un algorithme

L'application proposée calculait les heures de prise en charge à l’aide d’un algorithme pour regrouper autant que possible les trajets. Le projet pilote «sowiduu» a relié Ipsach, Port, Bellmont et Brügg, quatre communes situées en périphérie du réseau.

À la fin de l'année dernière, deux mini-vans de neuf places avec chauffeur étaient disponibles de 6h à 21h30. «Les personnes qui ont utilisé activement «sowiduu» ont été enthousiastes à l’égard de l’offre flexible porte-à-porte et du service personnalisé», précisent les Tpb.

Nos questions

Personne n'a payé sa course pendant le test: «Les utilisateurs ont payé de leur personne, en répondant à nos questions», explique Bernd Leckebusch. Les tarifs seront définis ultérieurement par une étude de marché.

Conclusion des Tpb: «Des liaisons directes, indépendantes d’un horaire rigide, pourraient à l’avenir optimiser les concepts de circulation autour de villes comme Bienne ou dans les zones rurales».

Les taxis

S'agit-il de concurrencer les taxis avec des bus subventionnés? «Non! Notre offre était limitée à un secteur bien précis que nous avons défini avec eux», répond Bernd Leckebusch. C'est ainsi que la gare de Bienne a été soigneusement évitée.

«L'avantage du bus sur le taxi, c'est que ce dernier ne peut pas faire du pooling, c'est-à-dire prendre des clients supplémentaires en cours de trajet», relève toutefois Bernd Leckebusch.

Une étape

Pour les TPB et les CFF, le test a constitué «une étape importante dans l’expérimentation des futures solutions de mobilité». Précision de Bernd Leckebusch: «Nous possédons la solution technique et nous connaissons la disponibilité des clients». La balle est désormais dans le camp politique, avec cette question: comment intégrer un concept flexible dans le réseau rigide des transports publics?

Actuellement, les services flexibles ne sont pas considérés comme des offres officielles de transport public au sens de la Loi fédérale sur le transport des voyageurs. Ils ne peuvent être ni commandés, ni financés régulièrement. Pas question dès lors de poursuivre l'aventure sans une clarification juridique.

Vincent Donzé

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!