Polémique: Bienne: «Plantez vos panneaux publicitaires ailleurs!»
Actualisé

PolémiqueBienne: «Plantez vos panneaux publicitaires ailleurs!»

L'aménagement des ronds-points a suscité un débat des plus houleux, jeudi soir à Bienne.

par
Vincent Donzé
Place Guisan ce jeudi, face à la Gare: l'hiver ne révèle pas le talent des jardiniers biennois.

Place Guisan ce jeudi, face à la Gare: l'hiver ne révèle pas le talent des jardiniers biennois.

DR

Le cri du cœur est celui d'un jardinier municipal retraité qui siège au Conseil de Ville biennois: «Les ronds-points sont les plus belles choses qui restent à Bienne», a clamé le socialiste Pierre Ogi dans l'hémicycle. Hommage rendu à ses anciens collègues chargés de les fleurir, alors qu'un parlementaire UDC souhaite offrir ces ronds-points aux entreprises.

Le débat relaté par «Le Journal du Jura» n'était pas piqué des vers: «Plantez vos panneaux publicitaires ailleurs!», s'est emporté Pierre Ogi. Une opinion partagée par la Jeunesse socialiste: «La surconsommation n'a pas besoin d'être encouragée!», a asséné Miro Meyer.

Idéologie communiste

Réplique du directeur du gymnase alémanique Leonhard Cadetg (PLR): «Cessez de répandre votre idéologie communiste! Nous vivons dans une économie de libre marché!». Ambiance...

Tout ce que souhaitait l'UDC Luca Francescutto, c'est une permission accordée aux entreprises d'afficher leurs produits, à l'exemple d'un gros morceau de sucre posé sur un rond-point d'Aarberg en hommage à la sucrerie. «J'imagine un grand cadran de montre», a-t-il argumenté.

Savoir-faire

Directrice des Travaux publics, l'écologiste Barbara Schwickert a allumé le calumet de la paix: «Il ne s'agit pas nécessairement de faire de la pub, mais de valoriser notre savoir-faire».

Mieux: «Nous pouvons aussi imaginer mettre des giratoires à disposition des clubs sportifs ou d'institutions culturelles», a estimé l'élue qui a fait remplacer les plantes exotiques par des fleurs indigènes.

Branches déposées

En hiver, les branches déposées sur le rond-point de la la Guisan ne reflète pas le savoir-faire des jardiniers biennois, mais l'harmonie et l'imagination déployées du printemps à l'automne sont remarquables et remarquées.

Favorable à la réflexion proposée par Luca Francescutto, le Conseil municipal étudiera sa faisabilité.

Votre opinion