Actualisé 04.09.2020 à 12:30

SuisseVers la fin de la mise à mort des poussins mâles?

Les producteurs d’oeufs suisses cherchent des solutions pour en finir avec l’élimination des poussins mâles. Mais cette potentielle abolition aura un coût pour les consommateurs.

Aujourd’hui, il est déjà possible d’acheter des oeufs pondus par des poules dont les semblables mâles n’ont pas été tués.

Aujourd’hui, il est déjà possible d’acheter des oeufs pondus par des poules dont les semblables mâles n’ont pas été tués.

iStockphoto

Les producteurs d’oeufs suisses souhaitent abolir la mise à mort des poussins mâles. La branche cherche des solutions éthiques et durables. Mais les consommateurs doivent être prêts à en supporter le coût, avertit GalloSuisse, l’association faîtière.

Jeudi, les 41 délégués ont approuvé à l’unanimité la proposition du comité en ce sens, détaille GalloSuisse dans un communiqué. Dans son texte, l’organisation met en avant une alternative: la détermination du sexe dans l’oeuf. Cette solution est plus écologique que l’engraissement des poussins mâles ou les poules à deux fins, qui servent à produire à la fois de la viande et des oeufs, remarque l’association faîtière des producteurs d’oeufs suisses.

Il est toutefois impossible de prévoir une date pour l’abolition de l’élimination des poussins mâles. Motif: il n’existe aujourd’hui aucune technique susceptible d’être utilisée à la chaîne, explique GalloSuisse.

Test à l’automne

Cet automne, un premier test montrera si la méthode de la détermination du sexe dans l’oeuf convainc les acheteurs. Un détaillant proposera des oeufs triés selon la procédure «Seleggt», annonce l’association. Cette technique permet de repérer puis retirer les oeufs non fécondés et les embryons mâles pour les transformer en produits alimentaires avant l’éclosion.

Pour GalloSuisse, «la production d’oeufs sans mise à mort des poussins ne peut être envisagée que si les couvoirs, les producteurs et le commerce travaillent main dans la main» et que les consommateurs sont prêts à payer leurs oeufs plus cher.

Broyage interdit

Aujourd’hui, il est déjà possible d’acheter des oeufs pondus par des poules dont les semblables mâles n’ont pas été tués. Les oeufs et les coqs de races de poules à deux fins sont disponibles dans le commerce. En outre, différents projets pour l’engraissement des coqs existent, souligne l’association.

Les producteurs de GalloSuisse, qui réunit quelque 500 exploitations de poules pondeuses et d’élevage, utilisent depuis plusieurs années le gaz pour mettre à mort les poussins mâles. Une pratique légale, au contraire de celle du broyage mécanique, interdite depuis le début de l’année 2020.

(ATS)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
33 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Coco71

05.09.2020 à 19:55

Je pense qu’il a sûrement d’autre solutions pour arranger ce massacre , mais elle est sûrement trop coûteuse ! La question que l’on doit ce poser quand on choisi un métier ( suis-je en accord avec moi même ) ça dépend des gens malheureusement !

François Maillard

05.09.2020 à 17:37

Je ne vois pas pourquoi on ne laisse pas ces poussins vivre leur vie et terminer comme croquettes pour animaux domestiques.

Joran Dagobin

05.09.2020 à 12:27

C'était pourtant un engrais peu cher et efficace.