Etats-Unis: Bill Clinton fera l'éloge funèbre de Mohamed Ali

Actualisé

Etats-UnisBill Clinton fera l'éloge funèbre de Mohamed Ali

L'ancien président américain est une des trois personnalités qui prendront la parole aux obsèques du boxeur de légende, vendredi.

1 / 68
La mégastar de la NBA LeBron James va faire un don de 2,5 millions de dollars pour financer une exposition dans un musée de Washington retraçant la vie de la légende de la boxe Mohamed Ali, décédé en juin. (Jeudi 17 novembre 2016)

La mégastar de la NBA LeBron James va faire un don de 2,5 millions de dollars pour financer une exposition dans un musée de Washington retraçant la vie de la légende de la boxe Mohamed Ali, décédé en juin. (Jeudi 17 novembre 2016)

Reuters
Louisville devrait reprendre sa vie normale, dès samedi. Mais l'esprit du boxeur sera toujours là. (10 juin 2016)

Louisville devrait reprendre sa vie normale, dès samedi. Mais l'esprit du boxeur sera toujours là. (10 juin 2016)

Louisville devrait reprendre sa vie normale, dès samedi. Mais l'esprit du boxeur sera toujours là. (10 juin 2016)

Louisville devrait reprendre sa vie normale, dès samedi. Mais l'esprit du boxeur sera toujours là. (10 juin 2016)

AFP

Les obsèques de Mohamed Ali, décédé à l'âge de 74 ans, auront lieu vendredi prochain dans sa ville natale de Louisville, dans le centre-est des Etats-Unis, a annoncé samedi le porte-parole de la famille du boxeur de légende.

L'ancien président américain Bill Clinton sera l'une des trois personnalités, avec le journaliste Bryant Gumbel et l'acteur Billy Crystal qui prononceront son éloge funèbre, a indiqué le porte-parole lors d'une conférence de presse à Scottsdale, en Arizona. Sa famille se rassemblera dès jeudi pour une cérémonie privée.

Vendredi, une procession funéraire traversera ensuite Louisville, passant notamment par le centre Mohamed Ali et le boulevard Mohamed Ali, dans le quartier de son enfance, et se terminera au cimetière de Cave Hill.

Hommages et émotion

De ses amis d'enfance dans une ville américaine longtemps divisée par la ségrégation au président des Etats-Unis, le monde entier a pleuré samedi Mohamed Ali, saluant la mémoire d'un boxeur légendaire aux convictions en acier, qui a marqué l'histoire.

Personnalité marquante du XXe siècle, sur et hors des rings, il s'est éteint vendredi dans un hôpital de Phoenix, dans l'Arizona. «Mohamed Ali était «The Greatest». Point final», a réagi Barack Obama dans un hommage appuyé.

L'annonce de son décès a aussitôt déclenché une vague d'émotion, le monde de la boxe saluant à l'unanimité sa mémoire. «Dieu est venu chercher son champion», a déploré Mike Tyson, l'un de ses successeurs sur les rings. «Nous avons perdu un géant», a de son côté déclaré le Philippin Manny Pacquiao, multiple champion du monde, tout juste retraité des rings.

De son côté, George Foreman, ancien champion du monde des lourds, battu par Ali dans l'un des combats les plus célèbres de l'histoire «The Rumble in the Jungle» a tweeté: «Ali, Frazier et Foreman, nous ne faisions qu'un. Une partie de moi s'en est allée, la plus grande partie».

Dès le lever du jour, les habitants de Louisville sont venus samedi déposer des fleurs devant la petite maison de son enfance. Non loin de là, le maire de la ville, Greg Fischer, a présidé une cérémonie d'hommage, saluant un «homme d'action et de principes» qui a grandi dans cette ville du Kentucky, marquée pendant sa jeunesse par la ségrégation qui séparait encore aux Etats-Unis les Noirs des Blancs.

Long combat contre Parkinson

«Après un combat de 32 ans contre la maladie de Parkinson, Mohamed Ali est décédé à l'âge de 74 ans. Le triple champion du monde des lourds est mort dans la soirée», avait annoncé le porte-parole de sa famille, Bob Gunnell, vendredi soir. Samedi, il a apporté cette précision: «La cause officielle de son décès est un choc septique provoqué par des causes naturelles non spécifiées», a-t-il indiqué.

Mohamed Ali était hospitalisé depuis jeudi pour soigner un problème respiratoire dans une clinique de Phoenix, où il s'était établi avec sa quatrième épouse Lonnie. Il souffrait depuis les années 1980 de la maladie de Parkinson et avait déjà été hospitalisé à deux reprises fin 2014 et début 2015 pour une pneumonie et une infection urinaire.

(AFP)

Ton opinion