Etats-Unis: Bill Gates critique le décret sur l'avortement

Publié

Etats-UnisBill Gates critique le décret sur l'avortement

Le milliardaire philanthrope et sa femme montent au front pour dénoncer la politique anti-IVG de Donald Trump.

1 / 150
Les démocrates américains ont franchi un cap dans leurs enquêtes visant le président Donald Trump, en les faisant rentrer officiellement dans le cadre d'une procédure de destitution. (Jeudi 12 septembre 2019)

Les démocrates américains ont franchi un cap dans leurs enquêtes visant le président Donald Trump, en les faisant rentrer officiellement dans le cadre d'une procédure de destitution. (Jeudi 12 septembre 2019)

Keystone
La démocrate Ilhan Omar a déclaré aux journalistes que Donald Trump était «fasciste». (Jeudi 18 juillet 2019)

La démocrate Ilhan Omar a déclaré aux journalistes que Donald Trump était «fasciste». (Jeudi 18 juillet 2019)

Keystone
La Chine a annoncé, en pleine escalade de la guerre commerciale avec Washington, avoir infligé une amende anti-monopole de 23,3 millions francs à une co-entreprise du constructeur automobile américain Ford. (Mercredi 5 juin 2019)

La Chine a annoncé, en pleine escalade de la guerre commerciale avec Washington, avoir infligé une amende anti-monopole de 23,3 millions francs à une co-entreprise du constructeur automobile américain Ford. (Mercredi 5 juin 2019)

Keystone

La décision du président américain d'interdire le financement d'ONG internationales qui soutiennent l'avortement touchera des millions de femmes et mettra des vies en danger, ont mis en garde mardi Bill Gates et son épouse Melinda.

«Nous sommes inquiets de voir ce changement avoir une incidence sur des millions de femmes et de filles à travers le monde», a déclaré Melinda Gates au quotidien britannique «The Guardian». «Cela aura probablement un effet négatif sur un large éventail de programmes de santé qui fournissent des traitements sauvant des vies», a-t-elle ajouté.

«Permettre aux femmes de programmer et espacer leurs grossesses et leur donner l'accès à des traitements et à la prévention de maladies infectieuses sauvent des vies», a souligné Mme Gates. «Cela sauve la vie de mamans et cela sauve la vie de bébés, et ce jusqu'ici avec un large appui des Etats-Unis».

Gros manque à gagner

Bill Gates, dont la fondation créée avec son épouse en 2000 cherche notamment à apporter à la population mondiale des innovations en matière de santé, a souligné de son côté que son organisation philanthropique ne pourrait pas combler le vide financier créé par le décret du 23 janvier de M. Trump. «Les Etats-unis sont notre premier donateur. Cette aide gouvernementale ne peut être remplacée par la philanthropie», a-t-il ajouté.

Annoncée sous la présidence du républicain Ronald Reagan en 1984, la politique anti-avortement remise en vigueur par Donald Trump prévoit que les fonds fédéraux d'aide internationale ne peuvent être alloués à des ONG étrangères qui pratiquent l'avortement ou militent pour rendre l'avortement légal. Le manque à gagner pour ces ONG est estimé à 600 millions d'euros, selon les Pays-Bas.

Une conférence internationale de donateurs se tiendra le 2 mars à Bruxelles pour tenter de compenser ce montant, à l'initiative des ministres chargés de l'aide internationale de Suède, de Belgique, des Pays-Bas et du Danemark.

(ats)

Ton opinion