Foot: Binggeli: «Soulever enfin cette Coupe reste un rêve, mais j'y tiens»

Publié

FootBinggeli: «Soulever enfin cette Coupe reste un rêve, mais j'y tiens»

Avant un derby de Coupe LS-Xamax très attendu ce jeudi, le boss de la Maladière ne désespère pas aller une fois au bout. En coulisses, la vente du club se précise.

par
Nicolas Jacquier
Le président xamaxien aimerait voir son club aller au bout de l'aventure en Coupe.

Le président xamaxien aimerait voir son club aller au bout de l'aventure en Coupe.

Keystone

Voici plusieurs années que Christian Binggeli court après la Coupe de Suisse, un trophée qu'il rêverait de soulever. Mais, avouons-le, la compétition n'a pas vraiment souri jusque-là au président de NE Xamax, dont le parcours n'a jamais dépassé le stade des huitièmes de finale. Alors néo-promu en Super League, le club de la Maladière s'était fait sortir en 2018 par Lugano (défaite 3-1 ap, 1-1). Une année plus tôt, il y avait eu le gros couac d'Echallens.

Qu'en sera-t-il cette fois-ci? Xamax parviendra-t-il enfin à sinon exaucer le vœu de son boss du moins prolonger l'aventure jusqu'en 2020? D'une saison à l'autre, le discours présidentiel n'a pas changé: «La volonté existe d'essayer d'aller au bout. Soulever enfin cette Coupe reste un rêve, mais j'y tiens. Pour le club, ses supporters et tout le canton de Neuchâtel, ce serait juste extraordinaire d'arriver déjà en finale…»

Mais avant d'imaginer se rapprocher du stade de Suisse, il y a un gros obstacle à surmonter, avec ce Lausanne qui joue les épouvantails en Challenge League. «On n'est pas favori, assure Binggeli. Parce qu'il joue devant son public, Lausanne le sera davantage que nous. Cela ne me gêne pas. Les joueurs savent de quoi il en retourne et connaissent l'enjeu. Ils savent aussi que la Coupe, c'est mon dada. Si l'on passe Lausanne, on peut vite être en finale.»

Le boss de la Maladière tire son optimisme des très spectaculaires progrès réalisés par Xamax depuis quelques semaines. «On est dans une bonne dynamique, sur une pente ascendante. Le travail de l'entraîneur et de son staff commence à porter ses fruits. Magnin a trouvé son style, il fait vraiment du Magnin, ce qu'on lui avait d'ailleurs demandé.»

«Remettre le club en mains suisses afin de préserver son identité»

En coulisse, il est toujours plus question de la prochaine vente de Xamax. Christian Binggeli ne cache plus son intention de passer la main. «Il faut trier, il y a toujours de grandes promesses venues de partout. Pour le club, ce serait aussi la possibilité de grandir. Je ne suis pas un mécène comme l'est M. Constantin à Sion. Il nous manque un gros bas de laine pour s'autoriser quelques coups. Le but est de remettre le club en mains suisses afin de préserver son identité.»

Il est notamment fait état de l'intérêt de Grand Chelem, qui collabore déjà avec le club neuchâtelois au niveau de son sponsoring et de l'administration, et surtout de son directeur. Faut-il en déduire que Jean-François Collet sera le prochain homme fort de Xamax? «M. Collet est un ami, répond Christian Binggeli. C'est une piste parmi d'autres. La reprise d'un club ne se fait pas comme ça, en pleine saison. C'est le résultat ultime d'un long processus, il faut redemander une licence de jeu, apporter les garanties exigées par la Ligue.»

En attendant, il y a une Coupe de Suisse qui fait rêver. Et surtout un quart à aller prendre.

Ton opinion