Football – Binotto: «C’est un vrai manque de fair-play!»
Publié

FootballBinotto: «C’est un vrai manque de fair-play!»

Xamax et Vaduz ont connu une fin de match plus que rocambolesque. Entraîneurs expulsés, balle d’arbitre convertie en but et neuf minutes de temps additionnel. Andrea Binotto raconte.

par
Rebecca Garcia
Au départ de l’action, une formation xamaxienne (en blanc) qui s’attendait à recevoir le ballon.

Au départ de l’action, une formation xamaxienne (en blanc) qui s’attendait à recevoir le ballon.

SFL TV

Une action a valu à elle seule un goal, l’expulsion des deux entraîneurs et le courroux du public neuchâtelois. Du point de vue d’Andrea Binotto, entraîneur des Rouge et Noir, les faits qui se sont déroulés vendredi soir sont simples: «Il y a un joueur qui a soi-disant été touché au visage. Suite de quoi l’arbitre interrompt le jeu. Jusque-là pas de problème…», explique le technicien.

C’est ensuite que tout se gâte. Le ballon était aérien à ce moment-là, et il faut décider de l’attribuer à Xamax ou Vaduz. Surprise pour l’entraîneur xamaxien, le cuir est donné aux visiteurs. «Tout le monde s’attendait à ce qu’ils rendent le ballon, y compris les arbitres. Aucune personne neutre ne peut dire le contraire», ajoute-t-il. Les Liechtensteinois ont surpris tout le monde, et Gabriel Lüchinger s’est retrouvé idéalement seul dans la surface. Il a pu ajuster devant Guivarch pour le 2-0.

Le public gronde. Lui aussi, pensait que le ballon serait redonné aux Xamaxiens.

SFL TV

Les deux entraîneurs ont ensuite été expulsés. Andrea Binotto explique sa version des faits. «Ce qui m’a énervé, c’est que l’entraîneur adverse exultait en étant tourné vers nous.» Il n’en fallait pas plus pour faire sortir le technicien de sa zone technique, énervé par ce manque de fair-play. «Je suis allé lui dire ce que je pensais», affirme-t-il en précisant qu’aucun geste ni coup ne sont survenus. Pourquoi Mario Frick a-t-il aussi écopé d’un carton rouge? «À ce que j’ai compris, il a été expulsé car il m’a poussé quand je suis arrivé», répond encore l’entraîneur de Xamax.

Le fait de rendre la balle à l’adversaire relève davantage d’un fair-play tacite entre les professionnels qu’une réelle règle. Un exemple datant de 2015 montre qu’un joueur a marqué sans faire exprès, en voulant rendre la balle au gardien.

Il a ensuite réparé son erreur en permettant à l’autre équipe d’inscrire un but.

«Cela m’a rassuré sur le fait que je n’étais pas cinglé»

Andrea Binotto, entraîneur de Neuchâtel Xamax FCS.

Dans le cas de la partie de Challenge League, le comportement des joueurs de Vaduz n’a pas plu aux Xamaxiens. «Mes joueurs étaient calmes et ont essayé de nous séparer. Quand je suis rentré dans le tunnel, un joueur de Vaduz m’a encore provoqué, tonne Andrea Binotto. Le manque de fair-play est trop important, on ne peut pas accepter une telle attitude.»

Il est encore allé discuter avec le corps arbitral de la partie, pour tenter de comprendre ce qu’il s’est passé. «Comme souvent, j’ai calmement demandé des explications. Les inspecteurs et arbitres étaient très sympathiques», explique-t-il. Les discussions ont tourné dans son sens, avec des inspecteurs qui lui auraient affirmé que le ballon aurait bien pu revenir aux Rouge et Noir. «C’était 50-50», relate-t-il. S’il a été donné aux Liechtensteinois, ces derniers étaient supposés le rendre et non en jouer. «Cela m’a rassuré sur le fait que je ne suis pas cinglé», souffle encore Binotto, en espérant que la sanction ne soit pas aggravée par la suite.

En guise de double peine, l’entraîneur devra purger son carton rouge lors du prochain match. Neuchâtel Xamax FCS se déplacera à Wil vendredi.

Andrea Binotto: «On ne peut pas accepter une telle attitude.»

Andrea Binotto: «On ne peut pas accepter une telle attitude.»

Andy Mueller/freshfocus

Votre opinion