03.05.2013 à 17:26

Canton de VaudBiopôle se sépare de deux administrateurs avec effet immédiat

Nuages noirs au parc scientifique Biopôle à Epalinges (VD). Il se sépare avec effet immédiat du président de son conseil d’administration et d’un administrateur.

Le Biopôle d'Epalinges traverse une crise.

Le Biopôle d'Epalinges traverse une crise.

Keystone

Le Biopôle à Epalinges (VD) se sépare avec effet immédiat du président de son conseil d’administration et d’un administrateur. Des «manquements significatifs» ont été constatés dans la gestion ordinaire de la société. Le dossier a été transmis au Ministère public afin de faire la lumière sur les faits.

Le Contrôle cantonal des finances (CCF) et le Service de la promotion économique et du commerce (SPECo) ont constaté plusieurs manquements significatifs dans la gestion opérationnelle du parc technologique, a indiqué vendredi Biopôle dans un communiqué.

Rupture de confiance

Les faits sont suffisamment importants pour entraîner la rupture du lien de confiance entre les actionnaires - l’Etat de Vaud, les communes de Lausanne et d’Epalinges - et les deux administrateurs.

Les deux hommes, qui dirigent également la société, ont «manqué de renseigner le conseil sur plusieurs éléments sensibles concernant la gestion quotidienne du site», a déclaré Lionel Eperon, chef du SPECo et nouveau président du conseil d’administration. Ils ont notamment noué des relations commerciales avec des sociétés actives sur le site de Biopôle.

Conflit d’intérêt

Ces relations, suffisamment importantes pour être portées à la connaissance du conseil d’administration, ont été tues. Même chose pour des sociétés créées par ces deux personnes, en relation avec les activités du Biopôle.

Vu la typologie de ces relations commerciales, «le conflit d’intérêt est réalisé». En outre, le président et l’administrateur n’ont pas respecté des règles internes. Cela seul justifierait leur révocation, a ajouté le chef du SPECo.

Présomption d’innocence

Sont venus s’y ajouter des soupçons du CCF concernant des malversations sur l’opérationnel et pouvant potentiellement tomber sous le coup du code pénal. Mais, jusqu’à la fin de la procédure, le principe de la présomption d’innocence s’applique, a insisté M. Eperon. Ces deux personnes ne sont nullement accusées ou coupables.

Dans ce genre de cas, la Loi sur les finances contraint le conseil d’administration à renseigner le Conseil d’Etat. Informé mercredi dernier, le gouvernement a choisi de saisir la justice pour s’assurer qu’il n’y a pas eu de malversations à caractère pénal. Le dossier est sous le sceau du secret jusqu’à ce que l’instruction rende ses conclusions, a poursuivi le chef du SPECo.

Nouveaux conseil et direction

Parallèlement, le conseil d’administration a été refondu vendredi. Outre Lionel Eperon nommé à sa présidence, le syndic de Lausanne Daniel Brélaz a été désigné à la vice-présidence. La gestion opérationnelle sera assurée par une équipe de direction ad intérim.

Inauguré fin 2008, le parc Biopôle s’étend sur 80’000 m2. Il accueille sur les hauts de Lausanne une vingtaine d’entreprises actives dans les domaines biotechnologiques et médicaux.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!