Publié

PartenariatBlack Friday, et après?

L’essentiel est d’être conscient que ce système n’est pas viable économiquement et que tenter de le changer, même petit à petit, est indiqué.

par
Nadia Laden, Magasins du Monde
La folie consumériste du Black Friday, exploitée par les grandes enseignes et les sites de vente en ligne, met chaque année en danger les magasins de commerce équitable et les commerces de proximité en général.

La folie consumériste du Black Friday, exploitée par les grandes enseignes et les sites de vente en ligne, met chaque année en danger les magasins de commerce équitable et les commerces de proximité en général.

DR

Peut-être faites-vous partie des milliers de personnes qui se sont ruées dans les magasins vendredi dernier. Peut-être faites-vous partie des milliers de personnes qui, au contraire, ont refusé cette débauche commerciale. Peut-être vous situez-vous quelque part entre les deux. Peu importe: l’essentiel est d’être conscient que ce système n’est pas viable économiquement et que de tenter de le changer, même petit à petit, est indiqué.

C’est ce à quoi les Magasins du Monde ont voulu rendre attentive leur clientèle à l’occasion de cette journée de frénésie commerciale. Dans les Magasins du Monde, pas de Black Friday: on ne brade pas le travail de producteurs dont les ventes sont garantes de leur dignité, voire parfois de leur survie!

La folie consumériste du Black Friday, exploitée par les grandes enseignes et les sites de vente en ligne, met chaque année en danger les magasins de commerce équitable et les commerces de proximité en général.

Seules les grosses structures qui gèrent des quantités énormes et bénéficient d’économies d’échelle sortent gagnantes de cette course aux bas prix. Sans parler des impacts sur notre environnement de la surconsommation engendrée par cette journée…

Une remise en question durable du système de consommation, en soutien aux petits commerces de proximité qui garantissent des conditions de travail équitables et une production respectueuse de l’environnement, est urgente. Car en cette période de pandémie, les productrices et producteurs des pays du Sud, ainsi que leurs familles, sont touchés de plein fouet par la crise économique, alors que les États où ils vivent n’offrent aucun filet social et ne peuvent pas, à l’instar des pays plus riches, mettre en place des mesures de soutien adaptées.

Ce sont donc les choix de tout un chacun en matière de consommation qui peuvent leur apporter un soutien! Pendant le premier confinement, les Magasins du Monde ont mis en place un système de bons cadeaux, qui a permis de ne pas laisser tomber les 35 magasins, dont plusieurs avaient dû fermer, et avec eux les milliers de familles de producteurs à l’autre bout de la chaîne.

Ce système de bons est toujours d’actualité et peut faire l’objet – pourquoi pas – d’une idée de cadeau engagée et solidaire pour Noël.

Pour plus d’informations, contactez Nadia Laden, par mail ou au 021 661 27 00.

En partenariat avec «La Semaine du goût»

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
1 commentaire
L'espace commentaires a été desactivé

MAERKLIN

04.12.2020 à 08:31

"... Peut-être faites-vous partie des milliers de personnes qui, au contraire, ont refusé cette débauche commerciale". C'est notre cas, car notre couple effectue tout simplement ses emplettes (nécessités et quelques petits loisirs) selon ses besoins et ses possibilités financières