Publié

FootballBlatter se réjouit d'avoir trois mois de vacances

Par le biais de son avocat, le président de la FIFA a expliqué que la commission «n'a pas respecté ses propres règles».

Sepp Blatter a réagi après sa suspension par l'intermédiaire de ses avocats et de son conseiller.

Sepp Blatter a réagi après sa suspension par l'intermédiaire de ses avocats et de son conseiller.

AFP

La Commission d'éthique de la FIFA «n'a pas respecté» ses propres règles en infligeant jeudi une suspension de 90 jours au président Joseph Blatter sans l'entendre au préalable, a commenté ce dernier par le biais de ses avocats.

«Le président Blatter est déçu que la Commission d'éthique n'ait pas suivi le code d'éthique et le code disciplinaire» qui offrent à une personnalité mise en cause la possibilité «d'être entendue», est-il écrit dans le communiqué de ses avocats suisse et américain.

«Il se réjouit d'avoir trois mois de vacances. Il les a vraiment méritées», a confié pour sa part son conseiller Klaus J. Stöhlker au Bild. «Le Valais est particulièrement beau en automne. C'est un homme très occupé, il ne va pas s'ennuyer. Il a mérité un peu de tranquillité», précise-t-il.

Pour les avocats de Blatter, «la Commission d'éthique a basé sa décision sur une mauvaise interprétation de l'action engagée par le procureur général suisse».

«Le procureur sera dans l'obligation, de par la loi, de renoncer à la procédure dans le cas où l'enquête, ouverte depuis deux semaines, n'établit pas de preuve suffisante», estiment encore les avocats.

Joseph Blatter, président démissionnaire de la Fifa, ainsi que Michel Platini, président de l'UEFA et principal candidat à sa succession, ont été suspendus 90 jours jeudi par la commission d'éthique de la FIFA.

M. Blatter est depuis le 24 septembre sous le coup d'une procédure pénale, accusé par la justice suisse d'avoir signé «un contrat défavorable» à la FIFA avec l'Union caribéenne de football. Le Suisse aurait vendu très en-dessous des prix du marché les droits de diffusion TV des Mondiaux-2010 et 2014.

Le président démissionnaire est également mis en cause pour un versement en 2011 de 2 M CHF (1,8 millions d'euros) à Michel Platini, président de l'UEFA.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!