Aviation: Boeing cessera la production de son mythique «747»
Publié

AviationBoeing cessera la production de son mythique «747»

Lancé en 1970, le célèbre «Jumbo Jet», qui n’est plus rentable, verra sa production cesser en 2022. L’avionneur, lui, subit une lourde perte et réduit encore ses cadences.

Le «Jumbo Jet» de Boeing peut transporter plus de 600 passagers dans certaines configurations.

Le «Jumbo Jet» de Boeing peut transporter plus de 600 passagers dans certaines configurations.

KEYSTONE

L’avionneur Boeing a officiellement annoncé mercredi qu’il allait cesser en 2022 la production de son mythique appareil 747, que les compagnies aériennes retirent peu à peu de leur flotte.

Lancé en 1970, le «Jumbo Jet» de Boeing peut transporter plus de 600 passagers dans certaines configurations mais une telle capacité, et la consommation de carburant qu’elle implique, le rendait moins rentable pour des sociétés frappées par la chute du transport aérien depuis le début de la pandémie de coronavirus.

«Etant donné la dynamique actuelle du marché et des perspectives, nous arrêterons la production de l'emblématique 747 en 2022», a indiqué le directeur général de l'avionneur David Calhoun dans un message adressé aux employés. «Notre engagement auprès de nos clients ne s'arrête pas à la livraison, et nous continuerons à soutenir la maintenance du 747 pendant encore longtemps», a-t-il ajouté.

L'avion, dont 1571 exemplaires ont été commandés au total, avait déjà quasiment cessé de voler aux Etats-Unis lorsque la compagnie américaine Delta l'avait retiré de sa flotte de transport de passagers en 2017. Mais le 747 a vu sa lente agonie s'accélérer avec la pandémie qui a poussé plusieurs compagnies dont Qantas, British Airways et Lufthansa à annoncer récemment qu'elles allaient s'en séparer. Boeing continuait toutefois à fabriquer des 747 pour le transport de marchandises et les opérations militaires.

Lourdes pertes

L’avionneur, frappé de plein fouet par l’impact de la pandémie sur le transport aérien et l’interdiction de vol de son avion-vedette 737 MAX, a subi une lourde perte au deuxième trimestre et prévoit de ralentir encore un peu plus les cadences de production. Le groupe, qui avait déjà prévu la suppression de 16’000 emplois, a aussi prévenu qu’il allait devoir «encore revoir la taille de ses effectifs», sans donner de précisions.

«Nous prenons les mesures nécessaires pour nous assurer que nous sommes bien positionnés pour l’avenir en renforçant notre culture, en améliorant la transparence, en reconstruisant la confiance et en transformant notre entreprise pour devenir un Boeing meilleur et plus durable. Le transport aérien a toujours prouvé sa résilience, tout comme Boeing», a commenté le directeur général de l’avionneur, David Calhoun.

Le chiffre d’affaires du groupe a chuté de 25% sur la période à 11,81 milliards de dollars (environ 10,8 milliards de francs), ce qui est moins qu’attendu par les analystes. La division fabriquant les avions commerciaux (-65%) a particulièrement souffert tandis que la division dédiée à la défense et à l’espace a réussi à stabiliser son revenu.

Le chiffre d’affaires de la division consacrée aux services a reculé de 23%. La perte nette de Boeing s’est élevée au total à 2,4 milliards de dollars Ajustée par action, elle s’établit à 4,79 dollars, soit bien plus que les 2,57 dollars anticipés.

Production réduite

Pour s’adapter au nouveau paysage aérien, le groupe ne produira plus que 6 appareils 787 par mois en 2021 contre 7 prévu initialement et 10 actuellement, ainsi que 2 avions 777 et 777X par mois en 2021 contre 3 prévu initialement et 5 actuellement. Les cadences ne changent pas pour les 767 et les 747.

Boeing, qui a recommencé à produire des 737 au printemps, prévoit par ailleurs une augmentation des cadences de production de l’appareil «plus lente que prévu» et anticipe qu’il atteindra 31 appareils par mois début 2022, au lieu de 2021.

Le 737 MAX est interdit de vol depuis le 13 mars 2019 après deux accidents mortels ayant fait 346 morts au total. L’avion s’est récemment rapproché de son retour dans le ciel avec une série de vols de certification mais Boeing n’a pas donné de nouvelles indications sur un calendrier précis.

(AFP/NXP)

Votre opinion