Nigeria: Boko Haram : 1ère aide alimentaire aux déplacés
Publié

NigeriaBoko Haram : 1ère aide alimentaire aux déplacés

Quelque 30 tonnes de denrées ont été livrées par l'ONU à des personnes ayant fui le groupe terroriste Boko Haram.

Une déplacée nigériane et ses enfants victimes de malnutrition reçoivent des soins dans un camp de Yola, au Nigeria. (3 mai 2015)

Une déplacée nigériane et ses enfants victimes de malnutrition reçoivent des soins dans un camp de Yola, au Nigeria. (3 mai 2015)

Keystone

Un premier convoi d'aide alimentaire des Nations unies a rejoint la ville nigériane de Banki où plusieurs milliers de personnes déplacées par l'insurrection du groupe islamiste Boko Haram souffrent d'une grave pénurie alimentaire, a indiqué l'ONU vendredi 22 juillet.

Quelque 30 tonnes de denrées livrées par le Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l'ONU (Ocha) sont arrivées à Banki vendredi depuis le Cameroun voisin pour être distribuées aux 25'000 habitants.

«Le même jour, 700 kg de nourriture destinées aux enfants en état de malnutrition ont été acheminés par avion de Maiduguri», la capitale de l'Etat de Borno, dans le nord-est du pays, a expliqué l'Ocha dans un communiqué.

Désastre humanitaire

Cette aide alimentaire est la première à atteindre les milliers de personnes déplacées par l'insurrection de Boko Haram depuis quatre mois.

D'après Médecins sans Frontières (MSF), l'extrême nord-est du Nigeria vit un «désastre humanitaire» et des milliers de déplacés souffrent de malnutrition «sévère et aiguë».

Banki se trouve à environ 130 km au sud-est de Maiduguri. Cette petite agglomération reculée, près de la frontière camerounaise, était tombée aux mains des djihadistes jusqu'à sa libération par l'armée en septembre.

20 000 morts depuis 2009

Un camp de déplacés y a été ouvert, il y a quatre mois. Le mois dernier, un milicien qui combat Boko Haram aux côtés de l'armée avait expliqué qu'«entre 10 et 11 personnes y meurent de faim chaque jour».

Depuis 2009, l'insurrection de Boko Haram a fait au moins 20.000 morts et plus de 2,6 millions de déplacés. Maintenant que l'armée a repris le contrôle d'une grande partie du territoire, le gouvernement nigérian encourage les déplacés à rentrer chez eux.

(AFP)

Votre opinion