Brésil: Bolsonaro fait l’éloge du colonel Ustra et de la dictature

Publié

BrésilBolsonaro fait l’éloge du colonel Ustra et de la dictature

Jair Bolsonaro a présenté le colonel Ustra, reconnu responsable de tortures pendant la dictature au Brésil, comme un «héros national» et «un grand Brésilien».

Jair Bolsonaro a vivement recommandé la lecture d’un livre de ce militaire défunt, pourtant reconnu responsable de tortures et de disparitions.

Jair Bolsonaro a vivement recommandé la lecture d’un livre de ce militaire défunt, pourtant reconnu responsable de tortures et de disparitions.

AFP

Le président brésilien d’extrême droite Jair Bolsonaro a affirmé samedi que des prisonniers politiques avaient été traités «tout à fait dignement» par un ancien chef de centre de détention et de torture pendant la dictature au Brésil. Admirateur de la dictature en vigueur dans le pays entre 1964 et 1985, Jair Bolsonaro a vivement recommandé la lecture d’un livre de ce militaire défunt, pourtant reconnu responsable de tortures et de disparitions.

«Ce n’étaient pas des prisonniers politiques, non, mais des terroristes qui étaient traités dans le DOI-Codi (le centre de détention de la dictature, ndlr) de São Paulo, traités par ce monsieur tout à fait dignement, y compris les détenues enceintes», a-t-il affirmé dans un entretien réalisé par son fils, le député Eduardo Bolsonaro, et diffusé sur YouTube.

Le chef de l’État, ancien commandant dans l’armée, se référait ainsi au colonel Carlos Alberto Brilhante Ustra, chef de la répression dans la métropole de São Paulo au début des années 1970, auquel sont attribuées environ 70 morts et disparitions, selon les données de la Commission nationale de la vérité. Jair Bolsonaro a exalté la figure d’Ustra, qu’il a qualifié de «héros national» et présenté comme «un grand Brésilien», en recommandant la lecture de «La vérité étouffée», un livre écrit par le militaire défunt.

«L’histoire avec un grand H»

«Ils n’ont aucun moyen d’échapper à cela (ce qui est raconté dans le livre, ndlr), comment nous nous sommes débarrassés du communisme à l’époque, il ne faut pas en avoir honte», a affirmé Jair Bolsonaro. «C’est de l’histoire avec un grand H, ce n’est pas la petite histoire racontée par la gauche, ce devrait être une lecture obligatoire», a ajouté le président brésilien à propos de cet ouvrage d’Ustra. Le militaire, décédé en 2015, avait été le chef des services de renseignement et de répression de l’armée entre 1970 et 1974.

En 2008, un tribunal avait reconnu sa responsabilité civile (donnant droit à des indemnisations) dans des affaires d’enlèvements et de tortures. Le tribunal avait toutefois écarté sa responsabilité pénale, au nom de la loi d’amnistie adoptée en 1979. Cette loi d’amnistie a empêché de juger au Brésil les personnes impliquées dans les persécutions d’opposants et de personnalités soupçonnées de «subversion» communiste pendant les deux décennies de dictature.

Selon le rapport de la CNV publié en 2014, il y a eu au moins 434 morts et disparus pendant les «années de plomb». Mais ce bilan ne tient pas compte des centaines de victimes des milices recrutées pour réprimer des conflits agraires ni des massacres d’autochtones pendant l’avancée de l’occupation du territoire par l’État. Jair Bolsonaro revendique l’héritage de la répression et en est venu à regretter que le nombre de morts se soit limité aux 434 officiellement reconnus.

(AFP/NXP)

Ton opinion