Tennis - Bordée de huées pour Fabrice Santoro

Publié

TennisBordée de huées pour Fabrice Santoro

Fabrice Santoro a perdu ses fiches, Jannik Sinner a croisé un Martien et un Suisse de 2m39 fait peur à tout le monde.

par
Simon Meier
Jérémy Santallo
(Paris)
Sport-Center

La boulette de Santoro

Oh surprise: Rafael Nadal s’est qualifié samedi pour la deuxième semaine de Roland-Garros sans perdre le moindre set. Le roi de l’ocre a continué d’expédier les affaires courantes face au Britannique Cameron Norrie 6-3 6-3 6-3. Le Majorquin l’a admis à l’heure de l’interview sur le court, tout ne fut pas parfait, en témoignent ses 29 fautes directes. Mais «c’est passé», comme il dit. «Cameron joue sa meilleure saison, j’ai regardé, il est 13e à la Race (ndlr: classement sur la saison)», a réagi «Rafa» sur le court. Le no 3 mondial ne laisse rien au hasard et avait bien fait ses devoirs. Il était en tous les cas mieux préparé que Fabrice Santoro, dont la boulette dès le début de l’interview a provoqué une bordée de huées tombée des tribunes.

Le génie de Musetti

C’est peu d’écrire que l’on se réjouit. Il y a tellement de génie chez ce Lorenzo Musetti, qui défiera lundi le no1 mondial Novak Djokovic. Pour son premier tournoi du Grand Chelem, la pépite italienne a régalé le court no 7 lors d’un derby 100% italien à suspense (3-6 6-4 6-3 3-6 6-3) face à Marco Cecchinato. Le jeune homme a même clairement réussi le point du tournoi jusqu’ici, jugez plutôt.

«Aujourd’hui, j’ai peut-être fait deux des plus beaux coups de toute ma vie (ndlr: pardon, mais impossible de vous trouver la vidéo du deuxième, un lob). Surtout le premier, parce que c’était inattendu et un peu magique. J’en ai ri car, même si je voulais le faire, si je le tentais dix fois, c’est même pas sûr que je le réussirais une fois. C’est un mélange de chance et de magie, je ne sais pas comment appeler ça, mais c’était fun.»

Allo la lune?

Le monsieur a peut-être été vexé par les récents propos de Naomi Osaka, qui reprochait aux médias de toujours poser les mêmes questions. Alors ce journaliste venu d’ailleurs a entamé la conférence de presse de Jannik Sinner de la façon la plus lunaire qui soit, peu après la très convaincante victoire (6-1 7-5 6-3) du jeune Italien face au Suédois Mikael Ymer. Ouvrez les guillemets et accrochez-vous: «Félicitations pour ta victoire, a très classiquement commencé le génie avant de donner sa pleine mesure. Ton nom de famille, c’est Sinner, ce qui signifie pécheur en anglais, mais tes fans pensent que tu es un saint. Est-ce que tu arrives à jouer ton meilleur tennis quand tu te démènes comme un diable ou quand tu as la patience d’un saint sur le court?» Amusé mais - à très juste titre - interloqué, celui qui défiera Rafael Nadal lundi en huitième de finale a d’abord eu du mal à rassembler ses esprits: «Ah, bon… En voilà une question!» a-t-il rigolé avant de choisir de ne pas entrer dans le jeu et d’embrayer sur une réponse on ne peut plus analytique concernant sa performance. Qui a dit que les journalistes posaient toujours les mêmes questions? En fait, ce sont les joueurs qui livrent (presque) toujours les mêmes réponses.

Un Suisse de 2,39m!

C’est notre confrère de «L’Equipe» Julien Reboullet qui a repéré ce chiffre hallucinant. Le tournoi junior de Roland-Garros commence dimanche et selon le site officiel de l’ATP, le Suisse Jerome Kym partira avec un avantage de taille lors de son premier match sur le court 4. En effet, d’après l’instance, l’Argovien de 18 ans ne mesure pas moins de 2,39m! Soit 40 cm de plus que sa taille réelle (1,98m). Vous l’aurez compris, c’est bien évidemment une faute de frappe. Le Jordanien Abedallah Shelbayh devrait vite s’en rendre compte en débarquant sur le terrain.

Ton opinion