Publié

FootballBoris Cespedes: «Franchement, ça va vite»

Buteur mardi soir à l’occasion de sa première titularisation avec la Bolivie, le milieu de terrain du Servette FC nous a accordé quelques minutes par téléphone avant de prendre l’avion pour rentrer en Suisse.

par
Jérôme Reynard
Boris Cespedes, nouveau No 10 de La Verde.

Boris Cespedes, nouveau No 10 de La Verde.

AFP

Boris Cespedes a activement participé au premier point décroché par la Bolivie en éliminatoires du Mondial 2022, mardi soir au Paraguay (2-2). D’une volée du plat du pied droit (45e 2-1), le milieu de terrain du Servette FC a ouvert son compteur en sélection, à l’occasion de sa première titularisation. Et, cela, un mois après son baptême du feu avec La Verde, fêté par 45 minutes de jeu face au Brésil, puis 26 autres contre l’Argentine trois jours plus tard.

Avant de reprendre le chemin de la Suisse, l’ancien international helvétique M16, M18 et M19 nous a accordé quelques minutes par téléphone.

Boris Cespedes, on imagine que vous avez bien dormi.

Pas vraiment, en fait. Après le match, on est directement rentrés en Bolivie et on est arrivés très tard à l’hôtel.

Un premier rassemblement fait de confrontations contre le Brésil et l’Argentine. Un second marqué par cette première titularisation et ce premier but. Il y a pire, non?

Franchement, ça va vite… J’ai de la chance. Première titularisation et premier but. En plus avec une nation qui n’est pas forcément dominante et qui a pris son premier point de la campagne. C’est magnifique. Il n’a manqué que le public. Ca aurait sans doute décuplé les sensations.

Votre compte Instagram a-t-il explosé?

C’est clair que la ferveur est différente, en Amérique du Sud. Je l’ai bien senti. Après, les réseaux sociaux, ce n’est pas trop mon truc. Mais j’ai reçu beaucoup de messages et de liens vers des articles évoquant ma prestation et mon but.

Vous n’étiez pas dans le groupe de la Bolivie, six jours plus tôt face à l’Equateur.

Non. Je sortais d’une quarantaine avec Servette. Je suis arrivé en Bolivie à la veille du match, sans entraînement dans les jambes. La rencontre se jouait à La Paz, à 3500 mètres d’altitude. Ca faisait beaucoup, d’autant que le déplacement au Paraguay se profilait. Il a été décidé qu’il valait mieux pour moi de rester en plaine, à Santa Cruz, afin de me préparer pour la suite. Ca a bien marché!

«A l’annonce de la composition d’équipe, quand j’ai vu mon nom écrit à côté du No 10, ça a été quelque chose»

Boris Cespedes

Quel a été le discours du sélectionneur (César Farias) avant cette première titularisation?

Il m’a dit qu’il avait confiance en moi et qu’il comptait sur moi pour guider tactiquement l’équipe, avec mon expérience du football européen. Je suis l’un des seuls joueurs de La Verde qui évolue sur le Vieux-Continent en club. Ses mots m’ont mis dans de très bonnes dispositions.

Racontez-nous ce but.

Je vois le ballon partir sur le côté gauche et je sais qu’un centre va arriver; on jouait avec deux grands attaquants. Je me projette, j’hérite du ballon un peu par magie, je ne me pose pas de questions et derrière le ballon file au fond des filets.

Un vrai geste de No 10. D’ailleurs, ce No 10, vous le portiez pour la première fois en sélection.

C’est vrai. Ce n’était pas mon numéro lors des matches précédents. J’ai été surpris. A l’annonce de la composition d’équipe, quand j’ai vu mon nom écrit à côté du No 10, ça a été quelque chose. C’est un numéro spécial. Ca a été une preuve supplémentaire de la confiance que le staff a en moi et je m’en suis nourri durant la rencontre. J’espère continuer sur cette lancée à l’avenir et ne pas les décevoir.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
6 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Dommage, triste et pitoyable

18.11.2020 à 17:19

International helvétique M16,18,19 ..... et ça part en Bolivie. Merci la Suisse d'avoir payer et former ce joueur !!!!! Ancien joueur, cette situation commence à me faire vomir.

Ton voisin

18.11.2020 à 16:45

Mais quel blabla de Jean-Louis Porchet d'Eclagnens. Il siège aussi au Conseil général peut-être.