27.08.2020 à 09:55

HumourBoris Johnson trollé par un bibliothécaire

Le premier ministre britannique a fait un discours dans une école, sans se rendre compte que les titres des livres derrière lui remettaient sérieusement en cause sa politique.

par
Michel Pralong
«Fahrenheit 451», «1984», «Le calme avant la tempête», autant de récits catastrophistes disposés sur les étagères derrière Boris Johnson. Et pas par hasard.

«Fahrenheit 451», «1984», «Le calme avant la tempête», autant de récits catastrophistes disposés sur les étagères derrière Boris Johnson. Et pas par hasard.

Twitter

Mardi 26 août, Boris Johnson est allé prononcer un discours devant une classe de 7e dans une école de Coalville, au nord-ouest de Leicester. Si les médias britanniques comme iNews ont fait état de propos particulièrement décousus, ils ont également relevé quelque chose d’étrange dans le décor. Les couvertures de certains livres étaient en effet bien visibles derrière le premier ministre et, vu leurs titres, ces ouvrages n’ont certainement pas été placés là par hasard.

Régimes totalitaires

Bon nombre d’entre eux parlent de sociétés totalitaires, comme «Fahrenheit 451» de Ray Bradbury, où les livres sont brûlés, ou évidemment le «1984» d’Orwell. Il y a «Hunger Games», où l’on fait oublier la misère des gens en organisant des sortes de jeux de cirque mortels. «Le calme avant la tempête» parle de lui-même, tout comme «The Toll» (Le glas) ou «Trahison»

Les internautes se sont alors amusés (après avoir tiré leur chapeau au bibliothécaire ou professeur qu’ils pensent être responsable de ce piège) à déchiffrer d’autres titres.

Il y a donc encore «Résistance», mais également «Oliver Twist» de Dickens, sans doute pour dire qu’avec Johnson, les enfants seront aussi misérables qu’à l’époque victorienne. On trouve en encore «Exodus», une fiction sur le réchauffement climatique (contre lequel Johnson reste assez froid) ou «Au guet!» de Terry Pratchett, qui raconte un coup d’État qui vire à la catastrophe. Ce qui est certain, c’est que le ou la responsable de ce décor d’enfer n’est pas fan de la politique du premier ministre.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
4 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

joezbinden

27.08.2020 à 11:08

j'adore , fallait y penser ;)

Raoul

27.08.2020 à 10:53

Réflexion typique de gauchistes, adeptes de la pensée unique, et qui voudraient qu'une bibliothèque ne devrait contenir que des livres pleinement en phase avec sa pensée. En plus, nombreux de ces ouvrages critiquent des systèmes totalitaires, c'est-à-dire avec un Etat très présent, ce qui correspond bien plus à ce pour quoi milite la gauche, qui veut toujours plus d'Etat partout, que la droite, qui en veut moins. Pour rappel, les principales dictatures dans le monde depuis le 19ème siècle, sont toutes des dictatures socialistes (à la seule exception du Chili sous Pinochet, qui d'ailleurs est le seul "dictateur" que la gauche dénonce).

Toni Burner

27.08.2020 à 10:30

Magnifique troll, 10/10 pour moi !