Mode: Bras d'honneur à l'écologie: les ventes de pick-up sont en hausse

Actualisé

ModeBras d'honneur à l'écologie: les ventes de pick-up sont en hausse

Les pick-up sont lourds, gourmands, polluants, énormes mais ils séduisent toujours plus, en Suisse comme en France.

par
Renaud Michiels
Ces géants ne sont plus réservés aux routes américaines, de plus en plus de Suisses les adoptent.

Ces géants ne sont plus réservés aux routes américaines, de plus en plus de Suisses les adoptent.

iStock

«La Terre brûle, mais les Français se ruent sur les pick-up», titre «L'Obs». Les Suisses aussi, peut-on ajouter. Résultat: le pick-up représente le symbole monté sur roues de «nos contradictions sur la question écologique», souligne l'hebdo français sur son site.

Quelque 10 litres au 100

Étrange en effet: tout le monde ou presque dit se soucier de la planète mais les pick-up ont la cote. «L'Obs» rappelle pourtant la longue liste des reproches que l'on peut adresser à ces modèles. Ils sont gloutons, avec une consommation avoisinant souvent les 10 litres aux 100 kilomètres. Lourds, ce qui pèse également sur les émissions de CO2. Encombrants et longs, aussi: ils dévorent donc de l'espace public.

Ce sera tout? Non: la plupart des modèles ont un moteur diesel, qui émet davantage de particules fines. Et aux États-Unis en tout cas, on suspecte même que la hausse du nombre de piétons tués est liée à l'augmentation des tailles des véhicules.

Une aberration française

Malgré tout ça, les chiffres sont là. 14 000 pick-up s'étaient vendus en France en 2015. 17 000 en 2016. et 20 000 l'an dernier. «Des taux de croissance à deux chiffres», souligne l'hebdomadaire.

Comment l'expliquer? Par l'attrait pour les voitures massives et hautes, qui donnent un sentiment de sécurité – le succès des SUV en est la preuve. Et à cause d'une aberration française: considérés comme des utilitaires à usage professionnel les pick-up échappent au malus écologique dans l'Hexagone…

Ventes presque triplées en Suisse

Et en Suisse? Organe faîtier réunissant les professionnels de l'automobile, Auto-Suisse nous a fourni des statistiques détaillées pour la période de 2010 à 2017. Pour les 11 modèles qui ont été vendus en Suisse durant cette période la hausse est constante. 1403 pick-up écoulés en 2010. 3694 l'an dernier. Près du triple. Ford Ranger, Toyota Hilux, Nissan Navara et VW Amarok étant les quatre modèles les plus prisés.

En Suisse comme en France, le marché reste marginal. Ici, quelque 317 000 voitures ont été vendues l'an dernier, les pick-up ne représentent donc qu'à peine plus de 1% du marché. Reste qu'ils ont clairement le vent en poupe et qu'il n'y a plus besoin de filer aux États-Unis pour en croiser. Et même les amoureux des ces modèles peuvent admettre que cet engouement ressemble quand même un peu à un bras d'honneur à l'écologie.

Ton opinion