30.10.2018 à 16:21

EuropeBrexit: l'EU se dit prête à gérer tout risque financier

La zone euro a pris les dispositions pour contenir les turbulences pouvant découler d'un éventuel échec des négociations sur le Brexit.

L'incertitude plane sur les négociations. Ici des manifestants réclamaient le 20 octobre un second vote sur le Brexit.

L'incertitude plane sur les négociations. Ici des manifestants réclamaient le 20 octobre un second vote sur le Brexit.

AFP

La Commission européenne est prête à «agir rapidement» contre le risque financier induit par une éventuelle absence d'accord sur le Brexit en permettant, le cas échéant, aux institutions financières européennes d'accéder temporairement aux chambres de compensation britanniques.

Les chambres de compensation constituent des rouages incontournables de la finance: elles s'intercalent entre un vendeur et un acheteur pour sécuriser une transaction, participant ainsi à la stabilité du système financier.

En cas de «no deal», «le système d'équivalence existant nous fournit tous les outils nécessaires pour agir rapidement afin de ne pas perturber la compensation centrale», a expliqué à l'AFP un porte-parole de la Commission européenne.

«Stabilité financière»

«Toutefois, si nous devions agir, nous ne le ferions que dans la mesure nécessaire pour faire face aux risques pour la stabilité financière découlant d'une sortie sans accord, sous stricte conditionnalité et pour une durée limitée», a-t-il ajouté. La Banque centrale européenne et la Banque d'Angleterre ont alerté la Commission sur le risque financier si Bruxelles et Londres ne parviennent pas à s'entendre sur leur divorce, «en particulier les risques liés aux produits dérivés faisant l'objet d'une compensation centrale».

Pour le moment, la majeure partie des produits dérivés libellés en euros sont compensés à Londres, des chambres de compensation auxquelles les banques et les entreprises européennes pourraient ne plus avoir accès après le départ britannique, prévu le 29 mars 2019, en cas d'absence d'accord.

En effet, les règles européenne interdisent le recours à des chambres de compensation en dehors de l'Union si elles n'ont pas été reconnues et réglementées par Bruxelles. Le travail «technique» de la Commission sur ce sujet est entièrement distinct des négociations en cours sur l'accord de retrait et les relations futures, sur lesquelles Bruxelles et Londres peinent à s'entendre.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!