Football: Brigger: «Marco est un type un peu spécial mais tant mieux»
Publié

FootballBrigger: «Marco est un type un peu spécial mais tant mieux»

Jean-Paul Brigger connaît bien Marco Walker, le nouveau coach du FC Sion, qu’il avait fait venir à Naters. L’ancien buteur de Tourbillon est convaincu qu’il peut réussir.

par
Nicolas Jacquier
Jean-Paul Brigger, ici en compagnie de Claudio Sulser (à dr.) lors d’un rassemblement de l’équipe nationale, estime que Marco Walker possède toutes les qualités pour réussir.

Jean-Paul Brigger, ici en compagnie de Claudio Sulser (à dr.) lors d’un rassemblement de l’équipe nationale, estime que Marco Walker possède toutes les qualités pour réussir.

Daniela Frutiger/freshfocus

A 63 ans, Jean-Paul Brigger reste à jamais lié à l’histoire du FC Sion. D’abord parce qu’il y a joué durant 12 ans, en deux périodes distinctes (de 1977 à 1982 d’abord, puis de 1985 à 1992 après son retour du Servette FC, qu’il avait rejoint pour trois saisons). Au moment de sa reconversion, l’attaquant de Saint-Nicolas s’était aussi s’imposé comme le premier coach de Christian Constantin lorsque celui-ci avait succédé à André Luisier.

Ils se sont rencontrés à Bâle

Près de trente ans plus tard, Brigger est indirectement à l’origine de l’arrivée de Marco Walker (50 ans) sur le banc de Tourbillon. A l’été 2019, c’est lui qui le premier avait offert sa chance à l’ancien défenseur du FC Bâle en lui proposant le poste de coach du FC Naters.

Avant de devenir directeur sportif du FC Naters, Jean-Paul Brigger a travaillé pour le compte du FC Bâle, dont il était délégué du conseil d’administration.

Avant de devenir directeur sportif du FC Naters, Jean-Paul Brigger a travaillé pour le compte du FC Bâle, dont il était délégué du conseil d’administration.

Andy Mueller/freshfocus

«Jusque-là, raconte le Haut-Valaisan, Marco avait toujours été un numéro 2. J’avais eu l’occasion de faire sa connaissance au FC Bâle, alors que je m’y trouvais moi-même en tant que délégué du conseil d’administration. Il travaillait alors comme adjoint de Raphaël Wicky. Lorsque je suis devenu plus tard directeur sportif du FC Naters (ndlr: en janvier 2019), j’ai dit à Marco que s’il voulait essayer d’être le No1, il pouvait venir chez nous. C’est ce qu’il a fait… A l’époque, il était déjà en couple avec une Valaisanne.»

«Il a toujours travaillé comme un pro alors même qu’il découvrait un monde qui ne l’était pas»

Jean-Paul Brigger, ancien directeur sportif du FC Naters

A Naters (1e ligue), Marco Walker a disputé 25 matches pour un bilan chiffré de 1,56 point par rencontre en moyenne. Une période évidemment aussi marquée par le coronavirus et la suspension du championnat. «Il a toujours travaillé comme un pro alors même qu’il découvrait un monde qui ne l’était pas. Alors que je pensais au départ qu’il connaîtrait peut-être des problèmes d’adaptation, il a super bien su gérer son affaire. A ses côtés, tous les joueurs ont progressé. C’est un gagneur, il veut sans cesse gagner. Je ne pourrais rien dire de négatif à son sujet. Pour lui, Naters aura été un tremplin.»

Marco Walker, ici en compagnie de Raphael Wicky lors d’un camp d’entraînement du FC Bâle à Marbella en janvier 2018, est le nouveau coach du FC Sion.

Marco Walker, ici en compagnie de Raphael Wicky lors d’un camp d’entraînement du FC Bâle à Marbella en janvier 2018, est le nouveau coach du FC Sion.

Andy Mueller/freshfocus

La situation sportive du FC Sion chagrine l’ancien international helvétique. «Quand je considère le potentiel de l’équipe, je me dis qu’il n’est pas possible que Sion ne figure pas parmi les quatre premiers du championnat. C’est la honte. Il faudrait que les joueurs se mettent à pédaler un peu plus.»

Successeur officiel de Fabio Grosso, Walker peut-il réussir là même où tant de ses prédécesseurs ont échoué? Jean-Paul Brigger en est convaincu. «Marco est un type un peu spécial mais tant mieux. Car dans ce monde, il faut être spécial pour réussir. Je n’étais moi-même pas facile! (Rires).»

«Je ne suis pas certain que tous les joueurs aient la fierté de porter le maillot du FC Sion. J’espère que certains vont se réveiller…»

Jean-Paul Brigger, ancien attaquant et coach du FC Sion

Comment l’heureux élu fonctionne-t-il au quotidien? «Marco est un gars direct, qui ne craint pas la confrontation, reprend Brigger. On devrait être fier de jouer au FC Sion. Je ne suis pas certain que tous les joueurs aient la fierté de porter ce maillot. J’espère que certains vont se réveiller…»

Alors que Sion s’apprête à aller batailler dimanche à la Swissporarena lucernoise, Jean-Paul Brigger goûte à une retraite bien méritée. Voici un mois, il a mis fin à son contrat de directeur sportif à Naters. «Désormais, se réjouit-il, je suis libre de dire ce que je veux si... je veux le dire. Je peux regarder de loin ce monde du foot qui m’a tout donné. J’ai eu la chance de pouvoir vivre de ma passion.»

Georges Bregy et Jean-Paul Brigger réunis sous le maillot du FC Sion en 1986, après une victoire européenne contre Aberdeen. Toute une époque…

Georges Bregy et Jean-Paul Brigger réunis sous le maillot du FC Sion en 1986, après une victoire européenne contre Aberdeen. Toute une époque…

Blicksport/freshfocus

Couronné roi des buteurs des pelouses de LNA en 1983, Brigger a disputé 457 matches et inscrit la bagatelle de 175 buts avec Sion et Servette. Autant de buts qui ont façonné sa légende.

Votre opinion